Haïti: Les prix des produits de première nécessité grimpent dans un contexte économique délicat

Haïti: Les prix des produits de première nécessité grimpent dans un contexte économique délicat

En cette fin d’année, les prix des produits de première nécessité ne cessent d’augmenter. Partout, dans les supermarchés et les marchés publics, c’est le même refrain, la même chanson, les prix sont revus à la hausse. Déjà que la situation socio-économique est assez délicate, nombreux ménages n’ont plus les ressources pour supporter cette tendance observée sur le marché qui inquiète.

Si au début du mois le sac de riz s’achetait, au minimum, à 3750 gourdes, désormais on ne peut se l’offrir à moins de 4750, soit une augmentation de plus de 1000 gourdes dans une période assez courte. C’est aussi le cas pour le sucre, le maïs, le haricot qui connaissent aussi une hausse sur le marché local en cette fin de mois de novembre. Est-ce un effet de la fête de fin d’année qui approche à grand pas ? Ou encore et toujours le résultat du rançonnement des camions de marchandises au niveau de chaque poste de péage mis en place par les bandits armés criminels dans la région métropolitaine et dans d’autres villes de province ? Ce sont les questions dont tout le monde se pose en observant la hausse vertigineuse des prix des produits à la consommation.

Si plus d’un estiment qu’avec la construction du canal sur la rivière Massacre à Ouanaminthe Haïti pourra bientôt retrouver sa souveraineté alimentaire, pour le moment, les ménages doivent faire face à la hausse des prix des produits de première nécessité. Cette situation a créé une rareté de certaines denrées dans des marchés publics et des dépôts alimentaires dans plusieurs localités.

La rareté de certains produits sur le marché, une situation qui inquiète

En effet, dans divers centres commerciaux de la zone métropolitaine, on n’arrive plus à trouver les produits de première nécessité dans leurs variétés notamment le riz. Des commerçants questionnés sur le sujet ont avancé qu’ils n’ont pas effectué de grosses commandes alors que les prix peuvent chuter à tout moment de la même manière qu’ils augmentent. D’autres ont mis en avant le contexte sécuritaire délicat qui pose problème quand ils doivent payer pour traverser les postes de péage mis en place par les gangs armés. Enfin, certains ont mis l’accent sur l’impossibilité de renouveler leurs stocks en raison de l’augmentation des prix alors qu’ils avaient vendus ceux précédents à des prix qui ne leur permettent pas de s’approvisionner à nouveau.

Les prix des produits augmentent tandis que le dollar baisse

Alors que le billet vert continue à perdre de sa valeur sur le marché des changes, cela n’empêche pas que la cherté de la vie en Haïti continue à prendre de l’ampleur. Dans une situation où la majorité des ménages dans le pays vivent au dépend des transferts de la diaspora [le montant moyen d’un transfert étant 163,63 dollars, selon une étude du PNUD, en 2020], l’argent que celle-ci envoie n’arrive plus à couvrir les dépenses comme il le faisait avant car non seulement le dollar baisse; les prix des produits continuent d’augmenter.

Le conflit diplomatique entre Haïti et la République Dominicaine

Certains pensent aussi qu’en raison de la fermeture des frontières paralysant ainsi les activités commerciales entre les deux pays qui partagent l’île d’Haïti, cette situation peut se présenter bien que les produits concernés par la hausse des prix ne proviennent pas directement du territoire voisin.

Alors que les prix des produits de première nécessité continuent à augmenter en prélude de fête de fin d’année, le gouvernement a pour devoir d’intervenir en mettant en place des politiques publiques afin de pallier à cette crise qui peut à n’importe quel moment devenir une plaie. La situation socio-économique et sécuritaire étant déjà assez difficile, vaudrait mieux n’en pas ajouter davantage.

Dans nos archives

LIRE AUSSI

PressLakay