Haïti/ meurtre des journalistes Tayson et Frantzsen: l’UNESCO et l’OHCHR exigent l’ouverture d’une enquête

0 56

L’UNESCO et le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) en Haïti disent condamner avec fermeté l’assassinat des journalistes Tayson Latigue et Frantzsen Charles, le 11 septembre dernier à Cité Soleil, par des bandits armés opérant dans cette zone, pendant qu’ils étaient en plein exercice de leur métier.

L’UNESCO et l’OHCHR condamnent le meurtre des journalistes à Cité Soleil

Dans un communiqué conjoint paru hier mercredi, ces organisations dénoncent un cycle de violence constaté à l’encontre des journalistes en Haïti. Pour justifier leur position, l’UNESCO et l’OHCHR ont évoqué les cas suivants : le 11 janvier 2022, deux journalistes John Wesley Amady et Wilguens Louis-Saint ont été tués par des gangs armés. Le 23 février de la même année le journaliste haïtien Maximilien Lazard été tué par balles alors qu’il couvrait une manifestation.

Plusieurs professionnels des médias continuent de subir des actes de violence, d’harcèlement, d’intimidation, de séquestration et d’agression de toutes sortes, poursuit le communiqué.

«La liberté d’expression est un droit fondamental dont l’entrave constitue un obstacle majeur au processus démocratique. La violence contre les journalistes est une lourde menace contre la liberté de la presse et empêche la jouissance du droit à l’information. Sans les journalistes, comment la population peut-elle avoir accès à l’information ? Il faut protéger les journalistes en tout temps», ont souligné ces organisations.

Les deux organisations invitent les autorités à diligenter une enquête rapide, crédible et exhaustive sur ce meurtre et lancent un appel à la responsabilité de tous les acteurs afin de lutter contre les menaces de violence et de crimes à l’encontre des journalistes pour protéger la liberté d’expression.

L’UNESCO et le HCDH saluent la mémoire de ces journalistes disparus, tués et assassinés pour la recherche des faits, de la vérité et de l’information. Ces organisations en ont profité pour rappeler aux travailleurs de presse qu’ils ont la responsabilité première de leur sécurité et les encourage vivement à mettre en pratique les principes du guide sur la sécurité des journalistes et les conseils pratiques lors de la couverture des crises et des conflits.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :