Haïti: Plusieurs communes du Plateau Central bloquées pour exiger le départ du PM Ariel Henry

Haïti: Plusieurs communes du Plateau Central bloquées pour exiger le départ du PM Ariel Henry

Plusieurs communes du département du Centre sont impossibles d’accès ce jeudi 1er février 2024, à cause des mouvements de protestation pour exiger le départ du premier ministre Ariel Henry. Des barricades de pneus enflammés ont été érigés par des agents de la BSAP.

Les communes de Mirebalais et de Hinche se sont réveillées, ce jeudi matin, en effervescence alors que des individus identifiés comme membres de la Brigade de Sécurité des Aires Protégées (BSAP) ont barricadé la route Nationale no 3 à hauteur du pont qui se jette sur la rivière du Fer à Cheval. Ils ont aussi érigé des barricades de pneus enflammés devant les portes de plusieurs institutions publiques.

D’après plusieurs témoins dans la Cité de Charlemagne Péralte, aucun véhicule ne peut circuler et c’est le cas dans les deux communes affectées. Ils ont aussi souligné que seuls les piétons sont libres d’accès.

Depuis plus d’une semaine, des mouvements de protestation prennent forme un peu partout sur le territoire national notamment à Ouanaminthe, aux Gonaïves et dans la région métropolitaine de Port-au-Prince en vue d’exiger le départ du chef du gouvernement, au plus tard le 7 février prochain. Écoles et bureaux publics fonctionnent au rabais.

Dans les villes de province, les mobilisations sont menées par les agents de la Brigade de Sécurité des Aires Protégées (BSAP). Ces derniers sont devenus très hostiles face au gouvernement après la révocation du directeur général de l’ANAP, Jeantel Joseph et la décision leur interdisant de circuler dans les villes en uniforme et avec des armes à feu.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay