Haïti-Politique: L’opposition politique entend tout faire pour faire échec au référendum de Jovenel Moïse

0 16

Environ un mois avant la date prévue pour le référendum du 27 juin 2021 de Jovenel Moïse, des partis de l’Opposition politique et des organisations de la société civile entendent renforcer leurs stratégies de combat contre le président de la République et particulièrement contre son processus référendaire.

Les discussions sont nombreuses sur ce sujet et les intérêts divergent. Pour « Pitit Dessalines », il s’agit d’utiliser tous les moyens nécessaires pour faire échec à ce 27 juin. Pour y parvenir, tous les coups sont permis, a souligné le leader Moise Jean Charles, appelant la population à mettre le feu dans le matériel du référendum tout en précisant que les bâtiments scolaires doivent être évités.

Par ailleurs, Moïse Jean Charles pointe du doigt certaines institutions dont l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’UNOPS qui sont de connivence avec Jovenel Moïse et qui utilisent l’argent du peuple haïtien piur assouvir leurs propres intérêts.

D’un coté, le Département du Sud-est semble se préparer à l’attaque. L’animal politique, le Sénateur Joseph Lambert, met en garde quiconque veut s’engager le 27 juin en faveur de la tenue du référendum au niveau de son département. Les menaces sont inquiétantes. L’élu du Sud-est dit se préparer à détruire tous les bureaux du référendum dans son département tout en associant ce projet de Jovenel Moïse à un acte illégal. Ainsi, invite-t-il le peuple à rébeller.  » Je dis au peuple haïtien de faire preuve de témérité. Jovenel Moïse pense qu’il est téméraire. Il faut lui montrer que nous sommes tout aussi téméraires. Je vais lui montrer que je suis téméraire dans la région que je contrôle », à martelé Joseph Lambert.

D’un autte côté, le leader de Lòd Demokratik, l’ex sénateur Jean Renel Sénatus, veut engager la bataille d’un point de vue légal en invitant le peuple à faire usage de tous les moyens légaux pour faire échouer le référendum dans le pays.

Il faut préciser que malgré ces menaces planant autour du 27 juin par les partis de l’opposition, les partis proches du pouvoir se préparent à contrecarrer et à riposter. Pour l’heure, le Conseil Électoral Provisoire (CEP) continue à emboîter le pas malgré les doutes que laisse envisager le Contexte sanitaire dû au Coronavirus.

Newsletter
Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Newsletter

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More