Haïti-Politique: vers la mise en place d’un « Haut Conseil de la Transition » pour un dégèle de la crise

0 417

Les États-Unis sont sur le point de trouver un accord pour un dégèle de la crise Haïtienne. Si les acteurs politiques haïtiens ne pouvaient s’entendre pour trouver une solution à l’haïtienne à la crise, le blanc se prépare à doter le pays d’un Haut Conseil de la Transition, mais Ariel Henry restera à la primature. Un dossier qui fait déjà des gorges chaudes.

Agence presslakay
Agence presslakay

À entendre parler des signataires de l’accord Montana, tous les dés sont déjà vidés pour un accord politique entre les différents acteurs impliqués notamment ceux de Montana et du 11 septembre. Sous les auspices du Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti tout semble se dessiner pour un exécutif qui aura pour tâche d’organiser au côté d’Ariel Henry, les prochaines élections.

Ce Haut Conseil de la transition dont veut imposer la communauté internationale avec notamment les États-Unis ne fait pas l’unanimité. Il semble déjà jeter de la mésentente au sein de l’Accord Montana où le Conseil National de la Transition et le Bureau de Suivi de l’Accord Montana ne voient pas les choses dans les mêmes lorgnettes.

Ainsi, dans une note, le bureau de suivi de l’accord Montana dénonce ce qu’il appelle un soi-disant accord élaboré par le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti et un dirigeant du VDH portant le nom de » Consensus National pour une gouvernance participative et des sections inclusives ».

De l’avis du BSA, il s’agit d’une démarche visant à renforcer le pouvoir monocéphale et antidémocratique d’Ariel Henry. Négocier avec quelques signataires de l’Accord Montana est un faux consensus selon le Bureau de Suivi de l’Accord Montana qui qualifie le Haut Conseil de la Transition de décision imposée.

Une position qui laisse planer le doute sur l’avenir dudit accord. Car selon nos informations, des signataires de l’accord Montana sont donc partis prenantes de cette initiative du Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti visant à mettre en place au plus vite ce Conseil de la Transition avec un Conseil Présidentiel au Palais National et Ariel Henry à la primature.

Une proposition déjà rejetée par de nombreux acteurs politiques

De son côté, le Premier Ministre élu de l’accord Montana, l’ancien sénateur Steeven Benoît ne voit pas de bon œil l’idée de la mise en place du Haut Conseil de la Transition. Toutefois, l’ancien parlementaire dit reconnaitre que l’heure est grave.

« Mes chers Ami.e.s. L’heure est grave, le pays continue de perdre ses fil.le.s. Des gens honnêtes qui ont travaillé toutes leur vie voient leurs efforts disparaître en fumée. Très conscient de cette situation désastreuse, je prends mes responsabilités d’homme d État », a d’abord évoqué le parlementaire.

Plus loin, il précise que :  » vu la gravité des enjeux vous noterez mes fréquentes interventions à la presse récemment. (Déjà quatre interventions en 2 semaines et une note de presse en Kreyòl). L’heure est au consensus mais pas avec les Criminels. Je pense mener le bon combat pour ma chère Haïti chérie ».

Le Secteur Démocratique et Populaire, branche Nenel Cassy, s’oppose à cette initiative du blanc. Selon cette branche du SDP, opposée à la branche de Marjory et Andre Michel, il n’y a pas de collaboration possible avec Ariel Henry.

Ainsi, ces acteurs appellent la classe politique à prendre le chemin du vrai consensus pour enfin doter le pays d’un vrai accord politique capable d’aider à résoudre la crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :