Haïti/ Précarnavalesque: des bandes à pieds réclament la subvention promise par les autorités culturelles 

Carnaval, bandes à pieds

Les membres de l’organisation des bandes à pieds à Port-au-Prince se plaignent de la subvention qu’ils devaient recevoir pour leur participation aux festivités précarnavalesques à la capitale.

Carnaval, bandes à pieds
Bandes à pieds/ CP: Mairie de Jacmel

Estimant que le carnaval est un patrimoine culturel qu’il faut préserver, ces derniers demandent aux autorités compétentes d’assumer leurs responsabilités.

La réalisation des festivités pré-carnavalesques dans la capitale cette année relève d’une priorité culturelle et économique pour des responsables et musiciens de différentes bandes à pieds, dont FASHON MATE, SOUL RASTA, entre autres. Rencontrés dans la capitale dans le cadre d’une conférence, Joachim Patrick, membre de la fédération des bandes à pieds de la région métropolitaine, exige aux responsables de la culture une subvention permettant aux bandes à pieds d’assurer la période pré-carnavalesque.

Les autorités culturelles haïtiennes ne devaient pas traiter les bandes à pieds en parent pauvres, ont critiqué les membres des fédérations des bandes, qui envisagent d’organiser des mouvements de protestation s’ils n’obtiennent pas cette année la subvention exigée.

Conscient du niveau élevé de l’insécurité ces derniers jours, les responsables des bandes à pieds croient que c’est aux autorités concernées de prendre leurs responsabilités.

Soulignons que les bandes à pieds sont des troupes de musiciens déambulatoires qui jouent un véritable rôle de cohésion sociale dans le pays. Cette pratique musicale populaire est également l’un des derniers éléments patrimoniaux du carnaval haïtien, notent certains observateurs. 

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay