Haïti: quand les traditions liées à la Noël et au nouvel an disparaissent au fil des années

0 36

En Haïti, il y a une dizaine d’années, les traditions liées à la Noël et la fin d’année étaient multiples et nombreuses. Cependant, ces traditions sont en voie de disparition. Si les jours de fête continuent de passer, plus d’un trouvent de multiples raisons pour ne pas célébrer alors que d’autres en profitent pour dire merci à Dieu, pour avoir passé une année en dépit des problèmes et des difficultés rencontrées.

D’abord, la première tradition totalement disparue est le « réveillon ». Certains personnages questionnés dans le cadre de ce travail ont indiqué que le « réveillon » est une activité réalisée entre amis où ces derniers mettent en commun leurs argents pour manger, boire ensemble soit en 24 ou 25 décembre.

 » Je me rappelle le 24 décembre de l’année 1997, je travaillais au sein de l’Électricité d’Haïti où mon salaire n’était pas considérable. Mes amis et moi avaient planifié depuis le commencement de novembre notre « Réveillon ». C’était une période où la convivialité, l’entraide et l’esprit de partage étaient à l’œuvre. Aujourd’hui, le pays est en proie à de nombreux problèmes. Mais c’était vraiment une belle vie », se souvient Andris, âgé de 70 ans, habitant la rue Jean Gilles sur la route de l’aéroport.

« Arbre de Noël et décoration des quartier donnent de la nostalgie »

Ceux qui ont vécu les périodes d’antan gardent encore de la nostalgie de la Noël et de la fin d’année. Si le pays avait la tradition d’être propre, cette période de fête avait une toute particularité, précise Jackson Jean, vivant au Village Solidarité.

 » Longtemps lorsqu’on dit Noël cela rythmait avec concours de décoration de fanal, d’arbres de Noël entre les quartiers. De nos jours on ne voit plus cette pratique, les quartiers sont pris en otage par des groupes armés qui volent, tuent. Les gens ont peur, ils sont au chômage, ils ne sont plus en joie », soutient-il pour justifier la disparition de cette tranche de notre histoire récente.

l’entrave de la crise économique ajoutée aux problèmes de l’insécurité

S’il y a des citoyens qui sont encore animés par l’esprit de Noël, la crise économique dont fait face le pays ne laisse pas la chance à de nombreuses personnes dans les quartiers de penser à la fête. Wislaire qui travaillait pour le compte de la SOGENER est au chômage depuis la prise de l’institution par l’État Haïtien et passe une nouvelle fois la Noël au chômage.

Mis à part Wislaire, ils sont nombreux ceux qui, en raison des difficultés économique passent ces derniers jours de l’année comme les autres jours de l’année et attendent que la situation s’améliore pour fêter comme ça se droit.

En tout cas, les traditions sont en pleine disparition en Haïti. Dans notre prochain travail nous aborderons la soupe au Giraumon fraîchement inscrite au patrimoine de l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More