Haïti-Référendum/ Budget: Jovenel Moïse laissé-pour-contre, le trésor public pour plan B.

0 174

40 millions de dollars est le montant prévu par le gouvernement pour la réalisation, en juin prochain, du référendum. Un processus inconstitutionnel, rejeté par une grande majorité de la société civile haïtienne. Le recul de l’international semble ne pas ébranler l’administration de Jovenel Moïse qui vise la tenue du référendum, il mise sur le trésor public pour assurer le processus.

« Quant au changement de Constitution, le Core Group exprime sa préoccupation par le fait que ce processus n’est à ce stade suffisamment inclusif, participatif ou transparent. Une telle réforme devrait se dérouler sur la base d’une large consultation qui implique l’ensemble des forces vives de la nation », a écrit le Core Group composé des ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis, de la France, de l’Union Européenne, du représentant spécial de l’OEA.

Pour répondre à la position du Core Group, le conseiller du président Patrick Crispin dans une interview accordée à une agence sœur, fait appel à ces pays dit amis d’Haïti à faire preuve de respect pour la souveraineté de la nation Haïtienne.

« Il ne revient pas aux étrangers de dire si on doit changer ou non la constitution de 1987 », a scandé M. Crispin.

 » En tant qu’Etat indépendant, parler de la constitution et des élections fait partie de la souveraineté nationale. En ce qui concerne le changement de la Constitution et l’organisation des élections dans le pays, l’argent doit sortir du trésor public, selon le principe de la volonté populaire », a poursuivi Patrick Crispin.

Selon le conseiller de Jovenel Moïse, les autorités concernées travailleront d’arrache-pied pour permettre à tous les départements, toutes les Communes et sections communales ainsi qu’à tous les acteurs concernés de réagir sur le projet, en vue de produire un travail de qualité qui sera inclusif et participatif.

En ce qui concerne les 68 congressman qui demandent au département d’État de reconsidérer leur financement face à ce projet qui, d’après eux est inconstitutionnel. Patrick Chrispin croit qu’ils ont le droit de faire une lecture de la situation et d’en faire des recommandations à leur ministre des affaires étrangères sur les positions à adopter.

La constitution de 1987 est, de l’avis du président et plusieurs de ses sympathisants est une source d’instabilité pour le pays. Selon eux, seul le changement de la constitution peut solutionner la crise sociopolitique qui gangrène le pays depuis des décennies. La population, les différents secteurs vitaux du pays, l’international désapprouvent ce projet qui risque de plongé la nation dans le chaos total.

Jovenel Moïse parviendra t-il a concrétiser son rêve ?

Maxime Louissaint

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More