Haïti-Religion: Amel Lafleur ou l’inexistence du ministère des Cultes

0 289

En Haïti, c’est le ministère des cultes qui gère les cultes réformés. Mais depuis quelques temps, les congrégations sont impliquées dans des scandales les uns le plus fracassants que les autres. Si ce nouveau dossier impliquant le pasteur Amel Lafleur qui défraie la chronique n’a pas porté les autorités du ministère des cultes à sévir contre ceux qui agissent en dehors des normes, c’est la preuve que ce secteur fonctionne sans aucun contrôle comme dans un poulailler.

Amel Lafleur
Amel Lafleur

Parlant du dossier d’Armel Lafleur, des voix sont montées au créneau pour dénoncer le comportement d’un pasteur qui, en voulant faire l’éducation sexuelle de ces fidèles frise la pornographie. Dans des vidéos qui font le tour des réseaux sociaux, on peut voir le pasteur entrain de toucher les parties intimes de l’une de ses filles; on voit aussi la filette monter sur ces jambes, visage contre visage, sexe contre sexe, en signe de démonstration.

Un dossier que le commissaire du gouvernement s’en est déjà saisi. Me Jacques Lafontant a fait part de sa volonté d’audionner le pasteur qui a déjà dans les tirroirs de la justice un dossier d’accussation de viol sur une fillette, membre de son assemblée à Delmas 33. Il devrait se rendre au carré du commissaire Lafontant demain mercredi, selon ce qu’on peut lire dans la correspondance.

Selon les informations reçues d’un proche du pasteur, il a déjà constitué son cabinet d’avocat et va répondre à l’invitation du Commissaire. Et par ce geste, il veut montrer son respect pour la justice de son pays. Des voix continuent de reclamer l’arrestation du pasteur déjà empêtré dans des accausations de viol.

Où est passé le ministère des cultes?

Le décret du 5 août 1987 érige le Ministère des Cultes comme un Ministère à part entière avec pour mission de contrôler le fonctionnement des cultes réformés.

Mais en Haïti, les cultes fonctionnent comme bon leur semble. Qui se souvient que le ministère des cultes avait retiré la licence d’un pasteur par exemple même s’il est impliqué dans des dossiers louches?

En septembre 2018, Mackenson pasteur ou prophète de l’Eglise de Dieu les Envoyés était invité au ministère des cultes. Malgré les mauvaises pratiques notamment le fameux de dossier de punaise pour guérir le Sida, le pasteur n’a pas été sanctionné.

Après son audition, il retourne dans son temple et continue ses activités comme auparavant. C’est le cas pour de nombreux religieux dont leur noms sont cités dans des dossiers louches comme trafic d’armes et munitions dans le pays. Mais le ministère des cultes est en mode spectateur.

Dans l’opinion, plus d’un dit penser que si le ministère des cultes faisait son travail il aurait déjà retiré la licence de fonctionnement de certains religieux et fermer quelques temple.

Et pour que rien ne va pour le pasteur, l’ancienne (victime) de l’homme d’église, Me Stephanie Jean Pierre appelle les autorités judiciaires à prendre des mesures contre le pasteur Amel Lafleur pour attouchements sexuels et incestes.

Dans l’intervalle, tous les regards se portent vers le parquet de Port-au-prince, ou le principal concerné devrait s’y rendre mercredi en vue de s’expliquer au commissaire du gouvernement Jacques Lafontant. Voilà un nouveau scandale pour le secteur évangélique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :