Haïti-Santé: le Choléra signe son retour et fait déjà des morts

0 103

Le choléra refait surface dans le pays. La maladie a déjà fait huit morts à la date du 2 octobre 2022 dans le pays. Le Directeur Général du ministère de la Santé et de la Population, Dr Lauré Adrien, lors d’une conférence de presse autour de la résurgence de la maladie en Haïti en fait le point.

Des cas de choléra détectés en Haïti
Alex Larsen, ministre haïtien de la santé publique en conférence de presse sur la réapparition de la maladie choléra en Haïti

Le Dr Lauré Adrien précise que les victimes n’ont pas pu être évacuées à temps lors de l’apparition de diarrhées et de vomissements. Au nombre des victimes de la maladie figure un enfant, a fait savoir le directeur général du MSPP.

Pour l’heure, le Ministre de la santé publique et de la population dit travailler sur la prise en charge des personnes infectées et hospitalisées. Des mesures vont être prises en vue d’empêcher la propagation de la maladie dans le pays, annonce le MSPP.

Les premiers cas ont été recensés dans les zones de Carrefour-feuille et à Cité Soleil, notamment dans le quartier de Brooklyn, ont ajouté les autorités sanitaires qui appellent la population à mettre en application les principes d’hygiène.

Les Nations-Unies qui ont introduit la maladie dans le pays annonce leur support

Le Choléra a été introduit en Haïti par les soldats Népalais faisant partie de la Mission des Nations-Unies Pour la Stabilisation d’Haïti (MINUSTAH). Cette maladie qui avait déjà fait plusieurs milliers de morts réapparaît. Et les Nations-Unies promettent déjà leur support au gouvernement haïtien.

 » Les Nations-Unies soutiennent les efforts du gouvernement d’Haïti pour contenir une épidémie de choléra et fournir des mesures d’urgence pour sauver des vies, suite à la confirmation d’un cas positif et l’identification de plusieurs cas suspects dans la région métropolitaine de Port-au-Prince », selon une note du Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti.

Le cas a été identifié grâce au mécanisme de surveillance du choléra, mis en place par les autorités haïtiennes et soutenu par les Nations-Unies. Il a été confirmé comme positif au Laboratoire National de Santé Publique de Port-au-Prince, le dimanche 2 octobre. D’autres cas suspects font actuellement l’objet d’une enquête, ajoute le BINUH.

Les Nations-Unies disent surveiller activement la situation et travaillent avec le gouvernement pour organiser une réponse d’urgence à cette potentielle épidémie, axée non seulement sur la limitation de la propagation de la maladie, mais également pour informer la population sur la manière de prendre des mesures immédiates pour sauver des vies à la maison.

Un soutien supplémentaire consistera en une surveillance élargie, une augmentation de l’approvisionnement en eau et en assainissement, le développement de centres de traitement du choléra et le renforcement de la prise en charge des cas, informent les Nations-Unies.

Le moment idéal pour dédommager les victimes

La bataille pour porter les Nations-Unies à dédommager les victimes n’a pas été suivie d’effet puisque les gouvernements passés n’ont pas manifesté un tel intérêt. Mais des acteurs comme Me Mario Joseph avec le Bureau des avocats internationaux avaient voulu faire quelque chose.

Avec cette nouvelle vague de choléra, plus d’un se demande s’il n’est pas le moment idéal pour exiger des Nations-Unies réparation pour les personnes victimes de la maladie introduite par le contingent népalais.

Cependant les citoyens restent perplexes face à une telle idée où le pays est dépourvu de dirigeants constitutionnels pour entamer un tel processus .

En tout cas, avec la résurgence de ces nouveaux cas, l’appel au respect des principes est de mise pour éviter le pire au pays qui est déjà en crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :