Haïti-séisme: le relèvement du Grand Sud, le grand «bluff» du gouvernement d’Ariel Henry

0 21

Un an après le séisme dévastateur du 14 août 2021, le Grand Sud du pays attend encore la matérialisation du plan de relèvement annoncé par le pouvoir en place. » Aucun travail sérieux n’est encore amorcé dans le Sud », ont fait remarqué des citoyens qui se sont confiés à Presslakay.

Le premier ministre haïtien Ariel Henry / cp: Primature

C’était un samedi 14 août où le grand Sud du pays a été sévèrement atteint par un séisme violent qui a tué plus de 2 mille personnes et détruits de nombreuses institutions des écoles, des églises, des maisons privées entre autres.

Certaines personnes déplacées suite au passage du séisme, ne sont toujours rentrées dans leurs maisons puisqu’elles ont été détruites. Nombreux d’entre eux qui étaient sur le terrain de Land des Gabions ou dans le Camp de Bergeaud ne savent jusqu’à date à quel saint se vouer et attendent encore un signal du gouvernement, explique Ourdy Lorcy, travaillant pour la radio Accaau au niveau de la ville Des Cayes.

Le mercredi 16 février 2022 au Karibe convention center, des bailleurs de fonds, convoqués par l’ONU et le gouvernement haïtien étaient rencontrés autour de la situation du Grand Sud. Des représentants de l’ONU, de l’Union européenne, des ambassadeurs accrédités en Haïti, des officiels du gouvernement et des élus locaux ont pris part à cette rencontre sur le dossier du Grand Sud.

Un plan estimé à deux milliards de dollars américains

Lors cette rencontre avec les bailleurs, le premier ministre Ariel Henry avait expliqué que le coût des besoins de relèvement est estimé à près de 2 milliards de dollars par le PDNA.

Selon lui le montant est programmé sur 4 ans et est réparti entre 4 secteurs : secteur productif 197 million US ; secteur social 1 515 million US ; secteur infrastructures 172 million US ; secteurs transversaux 94 million dollars US. Pour la première année, environ 454 000 000 $ US seront nécessaires à la mise en œuvre du Plan de relèvement, ce qui représente environ 25% du montant total de la réponse.

En terme de réponse face à ce besoin exprimé par le gouvernement, des bailleurs avaient répondu à l’appel. Mais aucun travail n’est encore lancé un an après.

Plus d’un redoute l’expérience du 12 janvier 2010

En 2010, suite au passage du séisme qui a terrassé le pays, la solidarité internationale était à l’œuvre. Ainsi le gouvernement de René Preval a mis sur pied la CIRH, commission Interrimaire pour la reconstruction d’Haïti.

Si ladite commission était montée avec l’espoir de planifier la reconstruction du pays après le séisme, des millions de dollars ont été dépensés mais la reconstruction tarde encore à venir.

Et 2022, plus d’un redoute que le pays ne fasse la même expérience. D’abord avec des sommes dépensés pour zéro projets ou des bailleurs qui font des promesses sans jamais les tenir.

Un an après le séisme du 14 août 2021, le grand Sud attend encore. Si rien n’est fait, le plan de relèvement du Grand Sud passera comme la CIRH. À la population de se montrer vigilante pour exiger du gouvernement la matérialisation du plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :