Haïti-Société: En défendant Niska qui s’affirme lesbienne, Carel Pèdre s’attire la foudre

Nyska and Carel Pèdre

Le 14 février 2023 marquant la Saint Valentin, l’artiste haïtienne Niska a présenté, dans une publication à travers les réseaux sociaux, sa petite amie. Et à la surprise générale, c’était une fille. De quoi faire réagir les internautes et même des personnalités publiques.

Haïti-Société: En défendant Niska qui s'affirme lesbienne, Carel Pèdre s'attire la foudre
Niska, artiste et Carel Pèdre

Si des artistes comme Flav, Michael Brun et Rutshelle Guillaume entre autres ont aimé la vidéo, d’autres personnalités qui ne sont pas trop connues ont aussi commenté dans le sens inverse. En réaction, l’artiste invite ceux qui n’aiment pas sa démarche à se désabonner.

Mais dans tout ça, c’est la réaction de Carel Pèdre qui a surtout retenu l’attention de plus d’un. En effet, dans un message publié sur les réseaux sociaux notamment sur twitter, l’animateur a félicité Kanis pour sa bravoure inspirante. Et l’invite à continuer de créer de beaux arts et à vivre sa vie de vérité.

Et les internautes n’en demandaient pas plus pour se réveiller de leur sommeil contre un dossier qui avait déjà fait polémique en Haïti. Même si certains s’inscrivent dans la lignée de Carel Pèdre mais d’autres ont sévèrement critiqué l’attitude de l’animateur qui selon eux fait la promotion pour de rapport contre nature. Une pratique bien que légalisée dans certains pays mais mal vue en Haïti.

Des commentaires à l’encontre de Carel sont tellement dégradants, on ne juge pas important de les partager. Mais en cliquant sur le lien en haut, vous pouvez voir de part vous-même à quel niveau certains se sont laissés aller.

 » En défendant cette cause, Carel défend la sienne. On ne pourrait rien attendre de plus de ces gens là », peut-on lire cependant dans un commentaire.

Un ancien débat refait surface

En 2017, la question du mariage pour tous était sur toutes les lèvres. Si des organisations en Haïti ont beau travailler pour instaurer cette pratique jugée immorale, le Sénat Haïtien avait planché autour de la question en août 2017.

Selon cette loi, les auteurs, co-auteurs et complices d’un mariage entre deux personnes de même sexe risquent une peine de trois ans de prison ferme et une amende de 500.000 gourdes.

Sur la question du mariage, la nouvelle loi durcit le code civil haïtien qui, en l’état, n’autorise que l’union d’un homme et d’une femme. De quoi faire taire le débat même s’il y a des parlementaires qui se montraient favorables à ce que le choix de l’orientation sexuelle de chaque Personne soit respecté.

Les homosexuels se multiplient de plus en plus dans le pays

Avec la mouvance de la transformation du pays en ONG, de nombreux jeunes ont eu de rapport avec les responsables de nombreuses de ces organisations, avait fait savoir un ancien cadre de l’OIF à Port-au-Prince.

Ce dernier avait affirmé avoir eu de rapport avec plusieurs jeunes garçons haïtiens.

Selon ses explications, ces jeunes garçons n’ont eu de rapport sexuel avec lui parce qu’ils sont gays mais par le fait qu’ils étaient à la recherche d’un bien-être que seul le rapport avec les étrangers pouvaient leur donné.

En tout cas, si la question revient avec insistance une nouvelle fois dans l’opinion, certains haïtiens se montrent déjà à l’opposé et n’entendent pas créer non plus un cadre agréable pour la légalisation de cette pratique. Le débat est à nouveau lancé. Mais pas sûr qu’il y aura débat car très rares sont ceux qui s’affirment devant une majorité qui ne veut pas que le pays soit sodomisé.

LIRE AUSSI

PressLakay