Haiti/ Société : Le projet du référendum est exclusif et contre-productif ; juge Jeunesse Montante.

0 56

Si oui, doit avoir référendum pour une nouvelle constitution, le processus de son élaboration doit être inclusif et participatif, c’est la position exprimée par l’organisation Jeunesse Montante qui dénonce le projet du référendum prôné par le président de facto Jovenel Moïse. La constitution est l’affaire de tout le monde, a souligné Jeunesse Montante dans une note. Aussi, elle appelle toutes les couches de la société de continuer à serrer les rangs pour une démarche participative.

NOTE

JEUNESSE MONTANTE joint sa voix à l’ensemble d’organisations de jeunesse et toutes les forces vives du pays dénonçant le projet du réféndum prôné par le Président Jovenel Moïse, pour dire non à ce projet macabre, exclusif et contre-productif.

La Constitution est l’affaire de tout le monde. On ne peut, en aucun cas, faire fi des desiderata de la jeunesse haïtienne, de la classe ouvrière, des gens vivant dans des quartiers populaires, n’en parlons de ceux et celles des zones rurales. Les difficiles et tristes réalités auxquelles font face le pays, imposent l’implication et surtout consultation de toutes les couches sociales confondues. On ne peut se permettre de déchirer davantage le tissu social du pays.

Constatant la volonté infaillible de réaliser ce projet de référendum au détriment des aspirations du peuple haïtien. JEUNESSE MONTANTE demande aux jeunes du pays, aux élites économiques et intellectuelles, diaspora, les organisations féminines et celles des paysannes, de continuer á serrer les rangs pour une démarche participative.

La flambée de l’insécurité qui paralyse tous les secteurs d’activité dans le pays où même les institutions scolaires et sanitaires ne peuvent pas fonctionner, la décapitalisation totale de la classe moyenne, l’impunité, la reddition de compte, le chômage,la légalité et la légitimité de l’actuel Conseil électoral provisoire pour le renouvellement des personnels politiques, les violations systématiques des droits de l’homme dans le pays, l’incapacité du gouvernement actuel de donner de résultats concrets et se mettre au service de la population, un accord politique de sortie de crise, sont autant de point qui nous préoccupent actuellement.

Si oui, il doit y avoir référendum pour une nouvelle Constitution, le processus de son élaboration doit-être inclusif et participatif avec pour base un large consensus populaire.

Fait à Port-au-Prince, le 04 Mai 2020

Pour le Directoire :
Archil BERNADEL
Secrétaire Général

Newsletter
Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Newsletter

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More