Haïti-Vente illicite de carburant: quand les autorités pensent pouvoir chasser les détaillants avec des communiqués

0 37

La pénurie de carburant persiste dans les pompes à essence. Pourtant, la vente illicite gagne du terrain. Les communiqués des autorités concernées se multiplient mais le problème demeure. Aujourd’hui, de nombreuses institutions du pays sont fermées faute de carburant.

La pénurie de carburant et sa vente illicite en Haïti

C’est un mal qui ronge le pays contre lequel les autorités n’ont pas encore trouvé de solution ou ne veulent pas trouver la solution. Alors qu’elles sont payées pour travailler et satisfaire les besoins de la population. Et dans ce cas, même les besoins les plus élémentaires ne peuvent pas être adressés.

Dans un premier temps, c’était le groupe de gangs dénommé G9 qui avait bloqué l’accès au Terminal de Varreux, le principal centre de stockage. Cette situation avait provoqué la paralysie des activités dans les hôpitaux, dans l’administration publique/privée devant l’impuissance ou la complicité des autorités.

Si des palliatifs ont été trouvés, le problème demeure et la situation devient plus complexe avec cette rareté de diesel. En effet, depuis plusieurs semaines, le diesel se fait rare. Des institutions dont des stations de radio ne fonctionnent pas et, dans certains autres cas, elles réduisent leur temps d’antenne. Certains véhicules fonctionnant avec le diesel sont laissés à la maison, selon des témoignages recueillis.

Les communiqués des Parquets et du Ministère du commerce n’ont pas résolu le problème

« Le Parquet de Port-au-Prince ainsi que les parquets des autres juridictions du pays veulent s’attaquer aux détaillants en vue disent-ils de combattre la vente illicite de carburant. Et ils ne cessent de le rappeler à travers des communiqués. Mais l’ironie dans tout ça, les policiers qui participent dans les opérations de chasse aux détaillants achètent eux aussi chez ces mêmes détaillants après les opérations car ils ne peuvent pas trouver dans les pompes à essence qui ne distribuent que rarement.

Quant au ministère du commerce et de l’industrie, dans des communiqués publiés sur la vente illicite du carburant, il ne cesse de rappeler que la démarche est illégale. Et lors des visites d’inspection effectuées, certains pompistes et détaillants ont été arrêtés. Mais après rien n’a changé.

Le carburant se vend toujours dans les rues, les détaillants continuent de stocker les produits pour le vendre au prix fort. Aujourd’hui, le gallon de gazoline se vend à plus de 750 gourdes au niveau de la capitale haïtienne.

Le commissaire du gouvernement des Cayes, de Saint Marc ou de Port-au-Prince ont fait des saisies. Ils ont arrêté des détaillants mais le problème demeure, faut il faire remarquer. Les communiqués et les saisies ne donnent pas de résultats.

Des mouvements de rues à répétition pour réclamer la disponibilité de produits pétroliers

Si la rareté frappe de plein fouet la capitale, la situation est plus compliquée dans le Grand Sud du pays. À Jérémie , aux Cayes, il vous faut entre 1000 à 1500 gourdes pour acheter un gallon de gazoline, selon des confrères journalistes évoluant dans les deux villes cités plus haut. Ils soulignent que les pompes sont fermées et la distribution du produit se fait par accident. Une situation qui met souvent en colère les motards.

Ce samedi 20 août 2022, une situation de tension a régné dans la ville des Cayes. Des citoyens ont dressé des barricades de pneus enflammés sur la chaussée en vue de cracher leur colère face aux autorités qui n’ont rien fait pour redresser cette situation qui ne date pas d’hier. La ville a été paralysée pendant une bonne partie de la matinée de ce samedi.

D’autres contrées du pays ont connu la même situation avec des motards, des chauffeurs d’automobiles qui n’arrivent toujours pas à trouver de carburant pour travailler à un moment où la réouverture des classes arrive à grands pas.

En tout cas, s’il ne s’agit pas d’un fait exprès de la part des autorités, elles devraient se rendre compte que les communiqués de rappel ne vont pas changer la situation. Car les détaillants ne trouvent pas le carburant dans le ciel et ils ne peuvent non plus le produire. Donc ils l’ achète quelque part. Il faut aussi rechercher la solution en amont et en aval, pense plus d’un.

LIRE AUSSI : https://presslakay.net/crise-haitienne-apres-toute-confrontationil-ny-aura-pas-de-vainqueurs/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :