Insécurité : Un étudiant de l’ENS décédé après avoir reçu une balle perdue

Insécurité : Un étudiant de l'ENS décédé après avoir reçu une balle perdue

Un étudiant de l’École Normale Supérieure (ENS) de l’UEH a rendu l’âme à l’Hôpital Médecins Sans Frontières, à Tabarre. Il avait reçu une balle perdue à la rue Champ de Mars, à Port-au-Prince, ce mardi.

Insécurité : Un étudiant de l'ENS décédé après avoir reçu une balle perdue

Tchadensky Jean-Baptiste, c’est le nom de l’étudiant de l’École Normale Supérieure qui a été la cible d’une balle perdue. L’étudiant en lettres modernes de la promotion 2016-2020 a été touché à la rue Champ de Mars, à Port-au-Prince, ce mardi. Les dernières informations révèlent qu’il a rendu l’âme à l’Hôpital Médecins Sans Frontières, à Tabarre.

Les tirs nourris entendus un peu partout et à longueur de journée dans l’aire métropolitaine ont une destination. Nous devons tous le savoir. Ils finissent pour la plupart par plonger des familles haïtiennes dans le deuil. Les chargeurs d’une automatique d’un chef de gang ne sont pas dégainés pour rien. Bien au contraire.

Les balles qui sifflent sont bel et bien assassines. D’ailleurs, personne ne sait exactement d’où elles viennent ni leur destination. C’est la raison pour laquelle, dans la capitale haïtienne, on les appelle « balles perdues ». Personne n’est épargné. Elles demeurent le calvaire de ces millions d’haïtiens habitant le cimetière à ciel ouvert, Port-au-Prince.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay