mercredi 21 février 2024
L'expérience d'un média en ligne de confiance

J’ai tué ma propre fille

Jovenel Moise peut laisser sa peau au palais national s'il veut rester au pouvoir à tout prix en résistant à la furie populaire !

Une fillette de 9 ans fut séquestrée, brutalement violée puis tuée par un homme, père de deux petites filles, un jeudi soir à Port-au-Prince. Intelligente, studieuse, gentille. Telles étaient les qualités de cette brillante petite fille sauvagement arrachée à la vie suite aux appétits incontrôlés d’un délinquant sexuel

Elle rêvait d’un lendemain meilleur ; porteur d’espoirs et de bonheur, dans une Haïti maltraitée, déchirée . Partie à jamais, sans le vouloir. Partie avec l’envie de réaliser ses rêves. La douleur de cette perte fut terrible. L’écho de sa voix pleine de souffrance suppliant l’assassin résonne encore quelque part … « Ayez pitié de moi, j’aurais pu être votre fille, je suis votre fille. octroyez-moi la chance de goûter aux fruits du bonheur de la vie. Je suis trop jeune pour mourir. Trop jeune. Pitié, je vous en supplie ».

Mais l’homme rendu animal car exempt de raison et le cœur endurci, les yeux bandés par la force du mal pointa son revolver et mit fin aux espérances d’une vie juvénile. Elle a reçu deux projectiles, poussa un dernier cri, et s’endormît pour l’éternité sur un lit sanglant, les paupières closes. Même dans la mort, elle ressemblait à un ange.
Après quelques instants, l’homme retrouva son sens et pris conscience de son action. Il eut mal, tordit tellement de douleur qu’il en hurla .Et l’assassin s’agenouilla devant le cadavre en tremblant de tous ses membres. À ce moment-là, il se rendit compte qu’il s’agissait de sa propre fille, baignant dans son sang, vêtue de sa belle robe blanche et il embrassa son front enfantin. Il ressentit tout du poids de son agressivité inhumaine.

Un cri retentit du plus profond de son être et le remord élut domicile dans son cœur. Ainsi, l’homme se dégoûtant lui-même s’ôta la vie d’un projectile à la tempe. Ô la mort !!!

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay