Joe Biden relance les travaux de construction du mur à la frontière mexicaine

Frontière États-Unis et le Mexique

L’administration Biden a annoncé, jeudi 5 octobre 2023, la reprise des travaux de construction du mur à la frontière mexicaine. Il s’agit d’un projet, très critiqué à l’époque, qui avait été initié par l’ex président Donald Trump pour dissuader le flux migratoire en provenance du Mexique.

Stopper la construction du mur à la frontière. Tel avait été le point fort qui revenait sans cesse dans le discours du locataire de la Maison Blanche lors de sa campagne électorale en 2020. D’ailleurs, c’était l’une de ses premières décisions après son investiture, jugeant qu’il n’est pas efficace. Initié par Donald Trump [à l’époque qu’il était président], le projet a été vivement critiqué et rejeté par les démocrates, pour la plupart. Jeudi, l’administration Biden a donc décidé de reprendre les travaux.

Selon plusieurs médias américains, les raisons financières sont avancées par la Maison Blanche qui fait part toujours de l’inefficacité du projet. Cependant, comme le fond, alloué par le Congrès, pour sa réalisation, est toujours disponible et en attende, on ne peut rien y changer.

Le Secrétaire américain à la sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas a repris cette explication de son gouvernement et a aussi mis en avant le flux migratoire à la frontière mexicaine. “Ce qui pourrait empêcher les entrées illégales sur le territoire américain” a-t-il soutenu.

Selon RFI, l’une des raisons expliquant ce volte-face du Président américain, c’est qu’il est sous forte pression politique en raison de la question migratoire qui s’intensifie depuis ces dernières mesures de renforcement de la Protection des migrants. Étant en pleine campagne électorale face aux Républicains notamment Donald Trump, ces derniers ont fait de cette crise migratoire à la frontière mexicaine un thème de campagne pour arracher la Présidentielle de l’année prochaine.

L’actuel président est aussi sous pression de ses propres amis démocrates à savoir les maires des grandes villes comme New-York et Chicago qui disent ne plus pouvoir faire face aux besoins d’accueil et de logement des migrants.

LIRE AUSSI

PressLakay