Justice : 30 mois après, la structure «Nou se Dorval» appelle encore à la désignation d’un juge pour instruire le dossier du bâtonnier

Justice : 30 mois après, la structure «Nou se Dorval» appelle encore à la désignation d'un juge pour instruire le dossier du bâtonnier

La structure « Nou se Dorval » demande au doyen du Tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Chavanne Etienne, de désigner un nouveau juge, sans délai, pour la poursuite de l’instruction du dossier de Me Monferrier Dorval.

Justice : 30 mois après, la structure «Nou se Dorval» appelle encore à la désignation d'un juge pour instruire le dossier du bâtonnier
L’ex bâtonnier Monferrier Dorval, assassiné en Haïti, en août 2020

Me Monferrier Dorval est assassiné à Pèlerin 5, dans la nuit du vendredi 28 à samedi 29 août 2020. Peu de temps après, les autorités ont fait comprendre que cette fois ci la justice Haïtienne va tracer un exemple dans ce dossier. Les malfrats seront punis dans les plus brefs délais.

Après les premières démarches de Me Bedford Claude, alors commissaire du gouvernement, le dossier est transféré au cabinet d’instruction. Plus de 2 ans après, les juges d’instructions se sont succédés mais le dossier reste au point mort. Ce que la structure Nou Se Dorval déplore.

Le pire, aucun juge d’instruction n’est chargé de ce dossier à l’heure actuelle selon les membres de cette structure. Le système judiciaire étant partagé pendant une longue période entre juge n’ayant pas de mandat et d’autres qui n’ont eu pas de bureau. Si le bâtonnier trouve justice comme l’exigent plus d’un au sein de la formation sociale Haïtienne, ce ne sera peut-être pas dans un avenir proche compte tenu du désintéressement affiché au plus haut niveau.

L’acharnement affiché par des membres de la population pour forcer la justice à faire avancer le dossier semble se dissiper avec le temps. Il n’y a pas de mobilisation en ce sens sous aucune forme comme c’était le cas dès les premiers moments. Même le barreau de Port-au-Prince semble ne pas se donner de la peine pour le faire. Mais, les membres de la structure Nou se Dorval ne veulent pas lâcher l’affaire.

Parlant du barreau de Port-au-Prince, cela fait exactement 7 mois depuis que le secrétaire général de cette institution a été arrêté. Me Robinson Pierre Louis est accusé de trafic d’influence dans le cadre d’une affaire d’armes importées illégalement. C’est un dossier sur lequel les membres de Nou se Dorval se sont prononcés aussi. Jugeant son arrestation arbitraire, ils appellent à sa libération.

Force est de constater que la justice n’est pas le lieu idéal pour faire avancer les dossiers susceptibles de rendre la société haïtienne plus saine.

LIRE AUSSI

PressLakay