Kenya : des milliers de jeunes manifestent contre les projets de nouvelles taxes

Kenya : des milliers de jeunes manifestent contre les projets de nouvelles taxes

Alors que le nouveau projet de budget du gouvernement kényan qui prévoit de nouvelles taxes est entrain d’être débattu au Parlement de ce pays d’Afrique de l’est, des milliers de jeunes kenyans ont entamé un mouvement de protestation à travers le pays pour demander son retrait.

Partout au Kenya, c’est la mobilisation. Jeunes et vieux avec pancartes en main investissent les rues afin de manifester leur mécontentement. Dans la plupart des cas, les manifestations donnent lieu à quelques échauffourées entre protestataires et forces de l’ordre qui ripostent avec des coups de gaz lacrymogènes.

Par ce mouvement de contestation populaire baptisé “Occupy Parliament” (en français “Occuper le Parlement”), lancé la semaine écoulée sur les réseaux sociaux après l’annonce du gouvernement qui prévoit d’imposer de nouvelles taxes, les protestataires entendent occuper le macadam jusqu’à ce que le gouvernement entende raison.

Il faut souligner que le nouveau projet de budget élaboré par le gouvernement du pays d’Afrique de l’est, dans le dessein de financer le budget 2024-25, prévoit la création de nouvelles taxes notamment une TVA de 16% sur le pain et une taxe annuelle de 2,5% sur les véhicules particuliers et ce, dans un contexte où la jeune génération qui se fait appeler “Génération Z” fait déjà face à la crise économique dans ce pays où le taux de chômage s’agrandit davantage.

Afin d’essayer de calmer la colère des manifestants, le gouvernement du président William Ruto avait annoncé mardi le retrait de la plupart des mesures fiscales prévues dans le projet de budget. Malgré cela, les manifestations continuent de s’accroître un peu partout pour réclamer le retrait du texte dans son intégralité.

Pendant ce temps, au Parlement kenyan, les débats sur le budget se poursuivaient en session extraordinaire alors que le vote du texte rejeté par la population est fixé d’ici le 30 juin. Pour le gouvernement, avec l’adoption de ce nouveau projet de budget qui prévoit la création de nouvelles taxes, il s’agit de l’unique moyen pour redonner des marges de manoeuvre au pays, lourdement endetté. Le texte prévoit 4.000 milliards de shillings (29 milliards d’euros) de dépenses, un chiffre record dans l’histoire du pays.

Étant l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique de l’est, le Kenya a enregistré en mai une inflation de 5,1% sur un an, avec une hausse des prix des produits alimentaires et des carburants respectivement de 6,2% et 7,8%, selon la Banque centrale qui indique aussi que le PIB (Produit Intérieur Brut) devrait subir une décélération de 5% cette année.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay