La défaite écrasante de l’impérialisme américain en Afghanistan

0 239
Subscribe to our newsletter


Les scènes dramatiques à l’aéroport de Kaboul qui ont fait le tour du monde, avec des
milliers d’Afghans essayant de monter dans un avion militaire, sont l’image la plus
évidente de la débâcle de l’impérialisme américain. Les Yankees et leurs alliés de l’OTAN
fuient l’Afghanistan et les talibans ont pris Kaboul, sa capitale, ainsi que les principales
villes. Le retrait des États-Unis, près de 20 ans après leur invasion, laisse le pays dans le
désordre. C’est l’une des plus graves défaites des États-Unis après le Vietnam. Elle se
produit au moment de la plus grave crise mondiale de la domination impérialiste
américaine. Une crise politique, économique et militaire. Le président Biden reproche à
Trump d’avoir accepté le retrait des talibans l’année dernière. Le ministre britannique de la
Défense, principal allié des États-Unis dans l’invasion, a qualifié l’accord entre les États-
Unis et les talibans de « pourri ».


En février 2020, l’administration Trump a conclu un accord avec les talibans pour retirer
ses troupes en mai 2021. M. Biden a déclaré que le retrait devait avoir lieu en septembre,
mais qu’il a été contraint de l’avancer. Le dimanche 15 août, les talibans ont pris Kaboul.
Au moment où ce communiqué est mis sous presse, 6 000 soldats américains et
britanniques se trouvent à l’aéroport de la capitale, au milieu du chaos, pour permettre à
leurs collaborateurs directs et aux fonctionnaires du gouvernement fantoche de
s’échapper. Ashraf Ghani, l’ancien président afghan, a déjà fui le pays.


L’Afghanistan a des frontières communes avec la Chine, le Pakistan, l’Iran, le Tadjikistan,
le Turkménistan et l’Ouzbékistan. Aujourd’hui, avec une population de 38 millions
d’habitants, c’est l’un des pays les plus pauvres du monde. Le principal produit
d’exportation du pays est l’opium, dont il est le premier producteur mondial, avec 328 000
hectares de culture du pavot (pour l’opium et l’héroïne). Ce sont précisément ces cultures
qui financent les talibans, qui ont continué à exporter à travers la contrebande.
 
L’invasion américaine en 2001 avait pour but de ramener « l’ordre dans le monde »
L’invasion a commencé le 7 octobre 2001, moins d’un mois après les attentats terroristes
de New York, de Pennsylvanie et de Washington, qui ont fait tomber les Tours Jumelles et
ont fait plus de 3 000 morts et blessés.


L’invasion de l’Afghanistan, ordonnée par le président George Bush, avait pour but soi
disant de « combattre le terrorisme » et de capturer Oussama Ben Laden, chef de
l’organisation Al-Qaïda, considéré comme le cerveau des attentats, réfugié en Afghanistan
et protégé par son gouvernement. Les objectifs et les origines des attaques qui ont fait
tomber les Tours Jumelles n’ont jamais été entièrement clairs.


Ben Laden, né en Arabie saoudite, avait été financé par la CIA et les Yankees qui lui ont
donné des armes et un entraînement pour lutter contre la défunte Union soviétique dans
les années 1980, qui avait envahi l’Afghanistan pour défendre un gouvernement allié, et
pour stopper l’avancée des mouvements islamiques, d’où sortiront plus tard les talibans.
Grâce au prétexte de l’attentat, les États-Unis ont obtenu le soutien de la communauté
internationale et de l’opinion publique américaine pour envahir l’Afghanistan, puis l’Irak en
2003 (un pays qui n’avait rien à voir avec Ben Laden ou Al-Qaïda). Le véritable objectif
était d’utiliser cette attaque répréhensible pour consolider sa domination affaiblie en Asie
et accroître son contrôle sur le pétrole irakien et du Moyen-Orient. Bush et les présidents
qui l’ont suivi, s’érigeant en « gendarme du monde », ont voulu ramener l' »ordre ». Vingt ans

plus tard, il est devenu évident qu’ils ont plutôt encouragé le « désordre mondial », et que
l’impérialisme ne s’est pas remis de son échec militaire et politique au Vietnam.
Pour envahir l’Afghanistan, Washington s’est appuyé sur le soutien militaire du Royaume-
Uni, du Canada, de l’Australie, de l’Autriche, de l’Italie, de l’Allemagne et d’autres pays de
l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN). Il a également engagé des armées de
mercenaires privés de Colombie et d’autres pays d’Amérique latine. À eux deux, ils
comptaient plus de 200 000 soldats, avec le soutien de sa puissante force aérienne.
L’invasion américaine, malgré les bombardements et les massacres qui ont produit un
véritable génocide, faisant 200 000 morts et des millions de blessés et de réfugiés, n’a
jamais pu consolider son contrôle sur l’ensemble du territoire. Les talibans ont continué à
contrôler, avec un certain soutien populaire, une partie du sud de l’Afghanistan.

Les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN affirment avoir dépensé 1 000 milliards de dollars
pour maintenir une énorme armée d’occupation. Les envahisseurs ont fait quelque 8 000
morts, dont des troupes américaines, des troupes d’autres pays de l’OTAN et des
mercenaires engagés par les envahisseurs. On estime que 88 milliards de dollars ont été
dépensés pour former les 300 000 soldats afghans, qui se sont maintenant rendus sans
combattre. Une fois de plus, il est démontré qu’une force d’invasion ne peut pas consolider
efficacement une armée à son service. Les faits ont montré qu’elle était artificielle. La
haine des occupants impérialistes était la base de cet échec. Ils n’avaient aucune cause
morale. Ils ne voulaient pas affronter leurs propres compatriotes, même s’il s’agissait de
talibans.


Vingt ans plus tard, après les administrations Bush, Obama, Trump et maintenant Biden,
les forces impérialistes reculent dans la défaite.
 
Les talibans, un monstre créé par l’impérialisme


Les Talibans sont un mouvement politique religieux islamique (branche sunnite) pro-
capitaliste dirigé par une fédération de tribus centrée sur l’ethnie pachtoune.
Les Talibans, ou « étudiants » en langue pachtoune, sont apparus au début des années
1990 comme une faction de la résistance afghane à l’invasion de l’ex-URSS dans les
années 1980. Ils faisaient partie des « Mujahideen », le mouvement de guérilla financé par
le Pentagone américain, la CIA et soutenu par le Pakistan. C’est-à-dire que les talibans
ont été créés par l’impérialisme américain lui-même. Ensuite, ils sont devenus
incontrôlables. En 1994, les Talibans sont apparus dans une guerre civile avec d’autres
ailes de l’ancienne guérilla. En 1996, ils ont pris le pouvoir en Afghanistan et l’ont dirigé
jusqu’à l’invasion américaine en 2001. Ils ont formé l’Émirat Islamique d’Afghanistan (une
sorte de monarchie islamique, dirigée par une autorité politico-religieuse absolue, qu’ils
veulent maintenant reconstruire).


Les talibans ont instauré une dictature islamique bourgeoise, fondée sur leur interprétation
de la sharía ou loi islamique. Ils exécutaient publiquement les meurtriers et les adultères,
amputaient les mains et les pieds de ceux qui étaient coupables de vol. Les hommes
devaient se laisser pousser la barbe et les femmes devaient porter une burqa intégrale, ne
pouvaient pas voyager sans un compagnon masculin et ne pouvaient pas aller à l’école
après l’âge de 10 ans. La télévision, la musique et le cinéma ont également été interdits.
 
 Où va l’Afghanistan ?

En raison de la répression qu’ils ont exercée pendant leur règne, et aussi parce qu’ils sont
principalement issus de l’ethnie pachtoune (40 % de la population), les Talibans se
heurtent à la résistance d’une grande partie de la population afghane, notamment dans les
villes, des femmes et des autres groupes ethniques qui peuplent le pays.
Le chef religieux Mawlawi Hibatullah Akhundzada a été nommé commandant suprême
des talibans le 25 mai 2016. Il est très probable que, comme ils l’ont annoncé, ils
rétabliront l’émirat dictatorial islamique. Bien qu’ils se soient opposés aux États-Unis, ils
n’ont pas de programme anti-impérialiste et ont déjà entamé des négociations publiques
avec l’impérialisme chinois, qui a déjà promis des investissements dans le lithium et le
cuivre, et donné des garanties à la Russie.
Notre répudiation des crimes de l’impérialisme américain ne signifie pas un soutien au
gouvernement ultra-réactionnaire des talibans. Par conséquent, depuis l’UIT-QI, nous
parions qu’il y aura une importante résistance populaire au nouveau gouvernement. Nous
anticipons notre répudiation de toute action répressive contre les femmes et le peuple
afghan en général.


C’est le peuple travailleur afghan qui mérite la solidarité internationale pour lutter pour son
indépendance et pour reconstruire son pays sans envahisseurs et sans dictatures
théocratiques ou autres. La solidarité est également nécessaire avec les millions de
réfugiés afghans qui sont discriminés et exploités en Asie et en Europe, afin qu’ils puissent
être acceptés en tant que migrants d’un pays détruit par l’impérialisme, avec tous leurs
droits sociaux et de travail.

Source/ (UIT-QI)

Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More