La journaliste Lovelie Stanley Numa attaquée à Delmas

La journaliste Lovelie Stanley Numa attaquée à Delmas

La journaliste Lovelie Stanley Numa a été agressée, samedi 19 août 2023, à Delmas pendant qu’elle était en train de couvrir une manifestation organisée par la fondation « Zòn Pa Fè Moun » pourchassée par le gang de Canaan. Les deux agresseurs se faisaient passer pour des journalistes.

La journaliste Lovelie Stanley Numa attaquée à Delmas
La journaliste Lovelie Stanley Numa attaquée à Delmas

Dans cet atmosphère de terreur qui règne dans divers endroits de la région métropolitaine, le secteur de la presse est spécifiquement pris pour cible. Les cas d’agressions à l’encontre des journalistes ne font que multiplier tandis que leurs agresseurs sont restés impunis voire non identifiés, dans la plupart des cas. Hier encore, un autre cas a été enregistré dans la capitale. Il s’agit de la Présidente Directrice Générale d’Impulse WebMedias, Mme Lovelie Stanley Numa.

En effet, la fervente défenseure d’une presse libre a indiqué que deux individus non identifiés, qui se faisaient passer pour des journalistes, l’avaient agressée, au Carrefour de l’aéroport, pendant qu’elle couvrait une manifestation organisée par la Fondation « Zòn Pa Fè Moun ». Cette dernière étant pourchassée par des individus armés faisant partie du gang de Canaan.

Selon Mme Numa, l’un des assaillants avait pris sa photo avant de la partager, suggérant ainsi qu’elle soit de connivence avec des groupes armés opérant dans la région métropolitaine. Elle a soutenu que ses agresseurs ont pris le malin plaisir de la faire passer pour une proche des bandits, sur les réseaux sociaux, tout en soulignant qu’elle a été agressée verbalement et physiquement.

“Grace à un confrère, qui a intervenu, j’ai eu la vie sauve parce que ces individus avaient bel et bien l’intention de m’assassiner.” a-t-elle indiqué.

Par ailleurs, la victime qui intervenait sur un média de la capitale, a fait savoir qu’elle va intenter une action en justice contre ses agresseurs. À noter que la journaliste Lovelie Stanley Numa avait recemment signalé qu’elle recevait des menaces de mort.

La rédaction de l’agence Presslakay dénonce avec la plus grande fermeté l’acte de violence subie par la journaliste Lovelie Stanley Numa. Elle demande à ce que ces cas ne se répètent plus. Les agressions contre les journalistes sont devenues monnaie courante alors que les autorités concernées restent indifférentes. Qu’elles prennent donc leurs responsabilités pour freiner les violences perpétrées par des individus à l’encontre du personnel de la presse.

De son côté, le secteur a pour devoir de s’unifier mettant ainsi leurs intérêts [mesquins] de côté afin de combattre les violences sous toutes ses formes à l’encontre des journalistes et autres personnels de la presse.

Déjà que des journalistes comme Marie Lucie Bonhomme et plus récemment, Blondine Tanis, ont été victime de kidnapping, sans compter les multiples actes de violence subies par d’autres confrères et consœurs, le Commissaire du gouvernement doit faire son travail pour éviter que ces cas qui sont intolérables ne se reproduisent plus. C’en est trop !

Lire aussi https://presslakay.net/haiti-le-difficile-rapport-entre-policiers-et-journalistes/?amp=1

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay