La police marche à Paris pour une « marche de colère »

0 0

 

Une mobilisation sans précédent depuis près de 20 ans à l’appel d’une grande intersyndicale, la police battra le pavé mercredi à Paris pour une « marche de colère » sur fond de malaise de l’institution, de l’augmentation des suicides et de la réforme des retraites. La procession partira à 12h30 de la place de la Bastille pour rejoindre celle de la République. Les organisations syndicales qui ont réalisé l’union sacrée de tous les corps et de tous les rangs espèrent une mobilisation exceptionnelle de 15 000 à 20 000 manifestants.

À la mémoire des syndicalistes policiers, nous n’avions pas vu un tel appel unitaire depuis 2001. À l’époque, la mobilisation avait été provoquée par l’assassinat de deux policiers à Plessis-Trévise (Val-de-Marne) par un récidiviste. Cette fois, pas d’événements sanglants déclencheurs, mais une usure opérationnelle liée au mouvement social des « gilets jaunes », où la police était accusée de violence, et une recrudescence des suicides dans la police nationale, une endémie perverse dans l’institution .

Cinq points sont au cœur des revendications de la police, l’amélioration de la qualité de la vie au travail, une vraie politique sociale pour les agents du ministère de l’Intérieur, une véritable réponse pénale, efficace et dissuasive , la défense des retraites et une future loi d’orientation et de programmation ambitieuse.

Nous sommes au-delà des moyens. Une enveloppe budgétaire ou l’avenir Loppsi, loi et orientation visant à assurer la sécurité intérieure ne résoudra pas tout, a déclaré le syndicaliste, qui a également évoqué les craintes liées au contexte concernant les réformes des retraites et de la fonction publique . Le big-bang futur des régimes de retraite est en effet l’un des principaux points de tension entre l’exécutif et les syndicats de policiers, qui craignent de remettre en cause leur système avantageux de primes.

La police bénéficie d’une prime spéciale appelée « le cinquième » ou « cinq ans », qui lui offre une annuité (quatre trimestres) de contribution tous les cinq ans. Il est limité à cinq ans. Pour être éligible à cette prime, l’employé doit avoir exercé 27 ans. Les propos du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, assurant le 17 septembre qu’il affirmerait qu’il défendrait jusqu’au bout la spécificité du statut de la police, sont loin d’avoir dissipé les préoccupations des organisations syndicales.

« Nous voulons une position ferme et définitive du gouvernement », résume Yves Lefebvre, secrétaire général de l’Unité-SG-FO.

« Castaner n’a pas toutes les cartes en main, il joue au poker avec Matignon, qui tient les cordons de la bourse et l’Elysée », a déclaré Lefebvre. « Mais tout le monde doit comprendre qu’il y aura un incendie dans la maison + la police + » si le gouvernement veut suivre les recommandations du rapport du Haut Commissaire pour la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, publié en juillet.

Selon le ministère de l’Intérieur, dont le budget augmentera de 4% en 2020, 552 millions d’euros supplémentaires ont été alloués au personnel des forces de sécurité depuis le budget 2018.

Robinson Jerome S/France24

Twitter : @robinsonjerome8

Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More