Le complot de la classe dominante à l’encontre de l’élite des opprimés Haïtiens

OHDLP

L’observatoire Haïtien pour le Droit et la Liberté de la Presse (OHDLP) indigne du mauvais comportement affiché par la classe dominante à l’encontre des élites des opprimés qui croupissent dans la misère. L’OHDLP se fond en larmes en constatant le fait que des fils et filles d’Haïti, ce si cher pays, sont en train d’être tués et d’autres en passe de connaitre le même sort à la faveur d’un vaste complot fomenté par les puissances de la communauté internationale, accueilli par la classe dominante et les classes dirigeantes en Haïti, une frange majoritaire du secteur privé des Affaires, quelques représentants de l’église épiscopale en Haïti, et certains politiciens véreux, cupides et sans culot.

OHDLP
OHDLP

Ce plan machiavélique d’asphyxie par intoxication politique et économique mis en oeuvre pour déstabiliser et effondrer Haïti, date de 1804, quand les puissances occidentales ont érigé une résistance de fer à ce jeune Etat. Car la Révolution qui l’a assorti dans son indépendance politique a dérogé à l’ordre international de l’époque fondé sur l’exploitation de l’homme noir par l’homme blanc dans un contexte de règne inébranlable du racisme.

Aujourd’hui encore, Haïti est en train d’être meurtri, de subir de ces vautours, d’être victime du mépris de la Communauté internationale et de l’enrichissement illicite des oligarques sans conscience citoyenne. Ces deux ouvriers fidèles du chaos de notre pays provoquent ce génocide, en complicité avec les autorités politiques, judiciaires haïtiennes, notamment en faisant exploser le nombre et renforcer la puissance des bandes avec un soutien financier infaillible et un libertinage sans précédent dans les ports étrangers comme ceux haïtiens devenus de véritables passoires à tout matériel d’armement au service du projet, dans le seul but cynique d’ôter la vie à chaque Haïtien, les uns après les autres.

En effet, c’est un génocide qui se prépare en séquestrant la population, notamment en ceinturant tous les quartiers abritant les masses populaires les plus vulnérables de gangs armés. C’est une évidence qui saute aux yeux, le génocide des noirs en Haïti est un projet en phase de mise en place et commence d’exécution.

Contrairement à un siège classique dans le cadre des conflits entre deux États où l’ennemi développe un ensemble d’actions en vue de s’emparer d’une place fortifiée ou d’une position stratégique, il s’agit ici du quadrillage, pour être plus précis, dans tout le pays par les groupes armés qui rançonnent, kidnappent, violent, volent, tuent et massacrent la population haïtienne comme bon leur semble sous les regards complaisants sinon érotique des autorités haïtiennes et les yeux passifs, sinon heureux de la communauté internationale ayant succédé des représentant en Haïti, Core Group et consorts (syndicat diplomatique). D’autres noms plus cauchemardesque que les autres, Madame Lalime représentant de Bill Clinton et du frère d’ Hilary Clinton, autant de vautours et de sang sue qui ont fait de concert le sale boulot de combattre le projet de salut politique du peuple haïtien. Pour y parvenir, ces personnalités étrangères influencent dirigeants politiques, gouvernement, médias, réseaux sociaux, secteurs privés, organisations et associations, ONG, et à une certaine mesure faussent des rapports pour aménager l’image des gangs armés comme l’a indiqué par exemple un rapport de l’ONU fondé sur les données fournies par Helène Lalime, déclarant que les cas d’homicide diminuent suite à la fédération des bandes armées.

La sécurité et la paix durable sont de la responsabilité des nations, comment se fait qu’en dépit de la gravité de la situation, les Nations Unies n’ont envisagé aucune solution durable pour sortir le pays de cette situation critique et mortelle. Quasiment toutes les issues du pays sont obstruées ; il s’agit d’un vrai scénario de prise d’otage générale d’un peuple inoffensif et sans défense.

Ajoutés à cela, certains responsables de l’église catholique sont poursuivis en justice pour collaboration avec des bandes armées par fourniture d’armes et de munitions, mais continuent de bénéficier de la courtoisie de parents obligés de leur confier l’éducation de leurs enfants dans des écoles religieuses à des frais de scolarité exorbitantes disproportionnées à la faible rémunération imposée aux professeurs. Ces présumés bandits à chapelet de grand chemin issus de l’église catholique bénéficient de la franchise douanière par l’État haïtien, et souvent sont soupçonnés de voler des terres aux paysans, militent pour la destruction de culture haïtienne au profit de la culture occidentale tout en assurant a nos jeunes écoliers une éducation qui les empêchera de se faire justice et ainsi ce cursus reproduit une injustice épistémique rendant l’haitien ignorant des réalités et problèmes du pays malgré l’accumulation de diplômes.

Des journalistes Haïtiens sont assassinés et jetés en prison sous les balles des bandits à chapelet et à cravate. Que dire l’État Haïtien dans cette affaire. Certains Journalistes conséquents sont tués mystiquement pour leurs opinions contre des malfrats oligarques de grand chemin, beaucoup de confrères Journalistes sont chassés de microphones de certains de patrons de média qui défendent les les intérêts des oligarques juste pour de pots de publicités!

Le problème du mal être haïtien précipite l’abîme ; au fur et à mesure la situation devient plus grave. L’État, en tant qu’instance étatique détenant le monopole de l’usage légitime de la force physique, s’avoue vaincu par des opérations policières suicidaires et révoltantes, telles que celles tournées en carnage il y a plus d’un an, à Croix des Bouquets, Village-de-Dieu au bicentenaire, à Pétion-Ville 3 jours de cela, à Liancourt, département de l’Artibonite, pour ne citer que ces cas, non comptés des assassinats ciblés contre des agents de police: 4 policiers de l’unité spécialisée SWAT et 10 autres policiers administratifs ont été assassinés par des gangs armés téléguidés par…!

Or, la classe dominante accaparée par des oligarques a incité la création d’une série d’organisations syndicales bidon de société civile avec un discours populaire sans objectivité afin d’occulter les nobles revendications des masses défavorisées croupies dans la lezardée misère engendrée par les agissements et comportement économiques arbitraires de ces oligarques de grand chemin. Ces portes paroles (dépendant du ventre) de la classe dominante interviennent dans les médias et prennent le contrôle des espaces de presse dont des émissions d’analyses, et donc empêchent l’accomplissement heureux de l’engagement de ceux qui défendent les vraies causes du peuple haïtien.

De plus, ces sousbrecats de la classe dominante sont en connivence avec des bandits notoires pour terroriser la population et sauvegarder automatiquement leurs intérêts au détriment de la masse qui réclame la justice sociale. Ainsi, ils contrôlent le paysage politique avec l’aide des bandes armées disséminées un peu plus dans l’Ouest et l’Artibonite représentant les deux plus grands bassins d’électeurs. Pour approfondir, la violence des groupes armées peut être liée à la survie politique de politiciens haïtiens sans offre politique viable.

D’un autre côté, il ne fait aucun doute que ce qu’il se passe de nos jours en Haïti, précisément dans les zones métropolitaines, s’inscrit dans le cadre d’un projet bien concocté pour provoquer un génocide par la famine, la pénurie d’eau potable, la guerre civile et le massacre à grande échelle sur la population haïtienne, afin d’accepter une intervention militaire dans le pays qui va permettre une facilité à l’international de mieux exploiter les richesses du pays. Le dernier rapport du Bureau des Mines et de l’Énergie, sur le potentiel minier d’Haïti, est très édifiant sur les richesses du sous-sol haïtien. Haïti recèle dans son sous-sol des richesses qui pourraient valoir jusqu’à 200 milliards de dollars US (Concertation pour Haïti, juin 2015). Ce qui sous-entendrait que le pays dispose suffisamment de ressources pour se développer sans l’aide internationale. Ces richesses ne sont-elles pas à l’origine de la déstabilisation du pays et de l’affrontement de façade des bandes armées et des trafics d’êtres d’humains et d’organes humains ? Les maîtres provenant des grandes puissances se prétendant être d’Haïti ne cherchent-ils pas à s’emparer de ces richesses par l’extermination du peuple haïtien?

Que dit l’État haïtien dans cette situation de trop ? Pour faire comprendre à la Société les défis à relver, peut-on rendre l’éducation à des religieux mus par des idées de partisanerie? En effet, la vraie révolution est populaire et doit être germée des masses défavorisées. Elle n’est pas loin, les éléments des élites intellectuelles, quoique opprimées se réveilleront contre l’ensemble des ennemis du peuple haïtien, depuis les imposteurs à soutane, en passant par la classe dominante à travers leurs politicailleries qui gangrène la société haïtienne dans son ensemble, aux travailleurs de presse corrompus et acteurs pourris de la justice. Tout est à raser. Faire une révolution populaire est un droit qui s’inscrit dans le sillage du droit à l’autodétermination dont dispose tout peuple.

Aya Boumbé, Aye Boumbé, Aya Boumbé ! Le moment est venu !

Cela dit, en dépit du fait qu’Haïti soit membre fondateur de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et de l’Organisation des États Américains (OEA). Alors, le massacre du peuple haïtien qui se prépare ne sera pas nouveau, les signes avant coureurs pointent déjà. Le coup d’État d’une frange de la communauté internationale contre le président Jovenel Moïse est un commencement d’exécution.

Peuple haïtien, il revient à vous de nous rappeler de ce leitmotiv l’union fait la force et de traduire en acte cette idée géniale qui a inspiré les martyrs de la Révolution haïtienne de 1804. L’instabilité politique en Haïti reste et demeure un problème de taille qui gangrène le pays. En raison de la dite instabilité, on ne saurait s’attendre à aucune amélioration de l’Économie Haïtienne.

Aussi il y a lieu de dire, qu’en Haïti la Politique surdétermine l’Économie or, souvent il y a instabilité dans le pays, ainsi ce sera difficile pour le pays d’entrer dans un cercle vertueux de la croissance.

Toutefois, il convient de noter que l’instabilité est un cancer qui ronge la croissance c’est la raison pour laquelle pendant plusieurs années, on ne fait qu’assister à la détérioration de l’Économie Haïtienne.

Ce déséquilibre date fort longtemps, et aujourd’hui encore l’effet de ce déséquilibre se fait sentir. En termes de résultats, la chute de l’Économie Haïtienne. Tous les indicateurs macroéconomiques sont au rouge. Aujourd’hui avec un taux d’inflation proche de 50%, c’est plus qu’une hyperinflation, un taux de change de plus de 165 Gourdes pour un (1) Dollar Américain dans le secteur informel c’est vraiment compliqué, soit l’effritement de la valeur de la Gourde par rapport au Dollar Américain.

D’une part, cette hausse généralisée du niveau des prix ne va pas rester sans conséquence sur les ménages. L’illusion monétaire serait au rendez-vous et ça va générer davantage une crise alimentaire donc, plus de 4.5 millions d’Haïtiens vont se retrouver en situation d’insécurité alimentaire.

D’autre part, la dépréciation continue et régulière de la Gourde va générer de l’inflation importée car, nous ne produisons pas vraiment dans le pays.

Somme toute, pour redonner du souffle à l’Économie Haïtienne, il faut préalablement mettre un terme à l’instabilité politique dans le pays. Ensuite, nous serons en mesure d’orienter ladite Économie vers de nouvelles perspectives qui pourront s’avérer bénéfique au profit de tout un chacun.

C’est la plume et la voix de la Révolution populaire qui vous observent avec beaucoup d’attention ! Vive Haïti, Vive la résistance au plan de génocide visant le peuple haïtien. Vive le droit à l’autodétermination du peuple haïtien!

Pour Authentification :

Alex Calas
Président, Directeur Général
Observatoire Haïtien pour le Droit et la Liberté de la Presse (OHDLP)

Me Amentha LÉONARD Directrice des Affaires Juridiques de OHDLP

Contact: +509 3940-3838/3831-8066
Email: ohdlphaiti@gmail.com

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay