Le fleuve Artibonite, une nouvelle voie pour les commerçants qui veulent s’approvisionner en RD

Le fleuve Artibonite, une nouvelle voie pour les commerçants qui veulent s’approvisionner en RD

Malgré une augmentation du débit du fleuve Artibonite, pendant ces derniers jours à cause des intempéries, cela n’empêche pas aux commerçants haïtiens de fréquenter cette voie maritime pour tenter de s’approvisionner à la frontière dominicaine. Une manière de contourner toutes mesures et de se procurer comme bon leur semble des produits fabriqués de l’autre côté de l’île.

À pied, à dos d’âne, dans des « bateaux » improvisés et dans des camionnettes, ils sont nombreux les commerçants haïtiens qui sillonnent les routes boueuses pour transporter les marchandises qu’ils acquièrent en République Dominicaine. Dans un contexte où les mesures restrictives ont été davantage renforcées des deux côtés de la frontière [l’une, pour contrecarrer les travaux de canalisation de la rivière Massacre ; l’autre, pour empêcher la circulation des produits dominicains] aucun risque n’est trop grand pour mener ses activités commerciales “combien rentables”.

Dans un acte risqué, des haïtiens bravent les eaux turbulentes du fleuve le plus long de toute l’île d’Haïti pour tenter de s’approvisionner en marchandises à la frontière Hato Viejo de Bánica, dans la localité d’Elías Piña. Au cours de cette semaine marquée par d’importantes intempéries dans le Grand Nord, les commerçants n’ont pas chômé et ont continué le trafic malgré le fait que débit du fleuve Artibonito a connu une augmentation.

De l’autre côté de la frontière, les commerçants dominicains assurent que les échanges commerciaux restent normaux dans la zone frontalière et ce, malgré les conditions routières difficiles. Cependant, ce nouveau point d’échange entre les deux pays qui partagent l’île demeure “informel”.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay