Le Groupe Consultatif ad hoc de l’ECOSOC appelle au redoublement de l’aide internationale en Haïti

ECOSOC

Le Groupe Consultatif ad hoc de l’ECOSOC a appelé, lundi 18 novembre 2023, les institutions financières internationales à redoublé leur aide à Haïti. En ce qui a trait au déploiement de la force multinationale, qu’il estime être une urgence extrême, le groupe a proposé que ceci doit être accompagné d’une stratégie globale et durable de lutte contre la pauvreté.

La crise multidimensionnelle, y compris sécuritaire, qui sévit actuellement en Haïti n’échappe pas aux yeux des partenaires internationaux. Si les acteurs locaux notamment la classe politique haïtienne n’a jusque-là pas bougé le petit doigt pour trouver une ou des solutions aux problèmes qui rongent ce pays, d’un autre côté, les appels à l’aide ne cesse de multiplier. C’est bien le cas pour le Groupe Consultatif ad hoc de l’ECOSOC.

Lors d’un briefing pour Haïti, hier lundi, l’organisme composé de représentants de plusieurs pays a fait appel aux institutions financières internationales pour qu’ils redoublent d’efforts en vue de promouvoir le développement institutionnel, social et économique d’Haïti, en particulier à long terme, afin d’instaurer et de maintenir la stabilité et de lutter contre la pauvreté dans le pays.

Face à la recrudescence des violences perpétrées par les gangs armés criminels partout dans le pays, le Groupe a fait part de l’urgence extrême qu’il en ait de déployer sur le sol haïtien la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité (MMSS). Il a aussi souligné que l’intervention de cette force dans le pays doit être accompagner d’une stratégie globale et durable à long terme pour s’attaquer aux facteurs de violence, tels que l’instabilité politique, les inégalités économiques et sociales, l’extrême pauvreté, le chômage élevé, les violations des droits de la personne, l’impunité, la corruption et la faiblesse des institutions publiques.

En ce qui concerne le dialogue inclusif entre les acteurs de la société civile, le Groupe exhorte ces derniers, y compris la classe politique, les groupes de femmes et de jeunes, les chefs religieux ainsi que le secteur privé des Affaires à redoubler d’efforts afin de parvenir à un consensus large qui ouvrira la voie à des élections crédibles, libres et transparentes dans le pays.

À noter que Groupe consultatif ad hoc sur Haïti de l’ECOSOC est composé de représentants de divers pays notamment de l’Argentine, des Bahamas, du Belize, de la Barbade, du Bénin, du Brésil, du Canada (présidence), du Chili, de la Colombie, de la République dominicaine, d’El Salvador, de la France, d’Haïti, de la Jamaïque, du Kenya, du Mexique, du Pérou, de Saint-Kitts-et-Nevis, de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, de l’Espagne, de Trinidad-et-Tobago, des États-Unis d’Amérique et de l’Uruguay.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay