Le Kenya recrute des pasteurs évangéliques pour guider la mission multinationale en Haïti

Le Kenya recrute des pasteurs évangéliques pour guider la mission multinationale en Haïti

Les dirigeants du Kenya, pays d’Afrique de l’est appelé à prendre le leadership d’une mission multinationale en Haïti, joue désormais la carte de la diplomatie de la foi. Le président Ruto ainsi que sa femme font appel à des pasteurs évangéliques pour guider la force multinationale.

Alors que le déploiement de la Mission Multinationale de Soutien de la Sécurité (MMS), très attendue en Haïti, tarde encore, les responsables tant locaux qu’internationaux continuent à travailler pour sa réalisation. Si durant les premiers mois de l’année, le Président Kenyan William Ruto avait consulté des conseillers politiques, des responsables de sécurité ainsi que d’autres personnalités étrangères au sujet de la force multinationale dont son pays a le leadership, désormais le dirigeant de cette nation africaine fait appel à des pasteurs évangéliques.

En effet, en ce qui concerne l’arrivée imminente des premiers contingents de policiers kenyans en Haïti, le chef de l’état kenyan s’est maintenant tourné vers d’autres conseillers jugés moins conventionnels. Il s’agit de dirigeants d’églises de son pays et d’autres leaders évangéliques haïtiens et américains.

La consultation de ces pasteurs contribue dans l’effort à faciliter la réussite de la Mission multinationale de soutien à la sécurité, approuvée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Avant le déploiement de la force, prévu plus tard ce mois-ci, les pasteurs organisent des réunions en vidéoconférence, et lors de l’une des rencontres virtuelles tenues le mois dernier, ils avaient discuté avec le chef de gang notoire Jimmy Chérizier alias Barbecue.

« Nous croyons que nous sommes un outil que Dieu utilisera pour aider », a fait savoir Serge Musasilwa, un pasteur évangélique kényan impliqué dans l’initiative. Lors d’une interview accordée à Reuters, cet homme de Dieu de ce pays d’Afrique de l’est a fait part de son étroite relation avec Dieu et que cette relation lui a permis de participer à la résolution de plusieurs conflits en République démocratique du Congo et dans d’autres pays africains.

Alors que la situation sécuritaire devient chaotique en Haïti et que l’intervention de la MMS paraît être l’unique option pour soulager la souffrance de la population haïtienne, des personnalités dans le pays comme le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains, Pierre Espérance a soutenu que le Kenya doit a tout prix s’en tenir à la mission dont il s’est porté garant.

« Ce n’est pas une question d’évangile (ou) de prière avec les gangs qui résoudra les problèmes », a-t-il déclaré à Reuters jugeant que la sensibilisation des chefs de gangs qui continuent à terroriser la population haïtienne serait une insulte envers leurs victimes.

Il faut souligner que depuis fin février les bandes criminelles se sont livrées dans une vaste opération où elles cherchent à tout prix à mettre hors jeu la Police Nationale d’Haïti, unique institution qui se tient malgré tout contre les violences des individus armés. Ces derniers prennent pour cible des infrastructures de l’institution policière ainsi que des agents qui y sont affectés.

Depuis plus d’un mois, dans le but de renforcer les capacités opérationnelles de la PNH, avant le déploiement des premiers contingents de policiers kenyans, des matériels et équipements continuent d’atterrir à l’Aéroport International Toussaint Louverture, à Port-au-Prince.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay