Le secteur religieux s’implique davantage dans la construction du canal à Ouanaminthe

Presslakay

Après les artistes, des membres de la diaspora et de la société civile haïtienne, c’est maintenant le secteur religieux qui apporte son soutien aux travaux de construction du canal sur la rivière Massacre à Ouanaminthe

Le projet de captage de l’eau du fleuve frontalier à Ouanaminthe n’est pas qu’un simple projet visant à irriguer les terres agricoles de la plaine Maribahoux. Réunissant les Haïtiens vers un même objectif, vers un idéal commun, il prend aussi en compte la souveraineté du pays. Des personnalités publiques comme des artistes, des leaders politiques et autres, des membres de la diaspora, tous ont déjà apporté leur soutien aux travaux.

“Ce n’est pas une question de religion ni d’appartenance politique. Nous sommes Haïtiens et nous allons leur dire que nous sommes des fils du pays. C’est un droit que nous avons d’utiliser les ressources de la rivière afin de produire ce dont nous avons besoin pour être autosuffisants alimentairement” a fait savoir le Pasteur Chérubin Février.

D’après les membres du secteur, les travaux entamés dans la commune frontalière sont une opportunité de renouveau pour Haïti.

“Ce n’est pas l’occasion pour prier uniquement. Nous devons prier mais aussi poser des actions” a assuré le Coordonnateur général du Mouvement Unifié des Chrétiens, Pasteur Claude Jean-Baptiste.

Bien que les autorités dominicaines ne cessent d’appliquer des mesures pour contrecarrer les travaux de canalisation du fleuve frontalier à Ouanaminthe, cela n’empêche pas aux paysans de poursuivre le projet.

LIRE AUSSI

PressLakay