Le sommet du G20 va tester la politique étrangère de Trump

 

Avant même que le président Donald Trump se rende à Osaka, au Japon, pour le sommet du G20 de cette semaine, il se vantait déjà des alliés des États-Unis, menaçant de déchirer les traités et se montrant généralement bizarre sur Twitter. Comme d’habitude, les positions les plus dures de Trump avaient tendance à être réservées aux partenaires Étasuniens. Il a attaqué un traité de défense japonais avant de partir pour Osaka et avant sa rencontre avec le Premier ministre Abe Shinzo, il a critiqué la politique commerciale de l’Inde avant son entretien avec le Premier ministre indien Narendra Modi et il a accusé l’Allemagne d’avoir éludé ses engagements en matière de défense avant d’avoir des entretiens avec la chancelière Allemande Angela Merkel.

Le sommet du G20 survient à un moment particulièrement critique, alors que les discussions entre les États-Unis et la Chine s’éternisent et que les tensions avec l’Iran sont au plus haut niveau. Dans les prochains jours, Trump aura d’intenses discussions avec les dirigeants étrangers alliés et adversaires qui ont un intérêt direct dans cette escalade des conflits en matière de commerce et de sécurité. Ce qui signifie que Trump sera à nouveau testé sur la scène mondiale lors du G20. Voici à quoi s’attendre de l’un de ses voyages les plus importants à l’étranger.

Il n’est donc probablement pas surprenant que Trump ait entériné avec enthousiasme la politique d’immigration de l’Australie avant sa rencontre avec Morrison, écrivant sur Twitter que l’on peut apprendre beaucoup de l’approche politique du pays.

Lors du dîner de travail, Trump a félicité Morrison pour sa victoire électorale. Il a également défendu sa politique «America First» lorsqu’un journaliste lui a demandé s’il avait compris que cela avait eu des effets néfastes sur des alliés comme l’Australie et le Japon. Trump a répondu que nous nous regardons nous-mêmes, mais nous regardons également nos alliés. Et je pense que l’Australie est un bon exemple, a poursuivi Trump. Nous avons travaillé ensemble très étroitement récemment encore, dans une situation commerciale complexe. Nous avons conclu un petit accord commercial, qui a très bien fonctionné pour nous deux.

Cependant les perspectives d’une action décisive sont ténues , estime Adam Slater, analyste du cabinet d’études Oxford Economics, soulignant les profonds problèmes géopolitiques sous-jacents. Plus largement, le G20 aura des difficultés à prôner le multilatéralisme et à condamner le protectionnisme dans les échanges commerciaux dans sa déclaration finale, devenue un casse-tête depuis l’entrée en fonctions début 2017 de Donald Trump.

Robinson Jerome

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay