Les États-unis promettent 100 millions de dollars additionnels pour le déploiement de la Force multinationale en Haïti

Les États-unis promettent 100 millions de dollars additionnels pour le déploiement de la Force multinationale en Haïti

Le Secrétaire d’État américain, Antony Blinken a annoncé, lundi 11 mars 2024, lors de la réunion de la CARICOM sur la crise haïtienne, une enveloppe supplémentaire de 100 millions de dollars en soutien au déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité en Haïti.

Alors que les chances de voir les policiers kenyans fouler le sol haïtien dans les prochains jours s’amincissent, cela n’empêche pas que les pays qui se disent “amis” d’Haïti continuent à apporter leur soutien à la mission multinationale. Si le déploiement de la force se fait encore attendre et ce, malgré toutes les dispositions légales prises par les deux principaux pays concernés à savoir Haïti et le Kenya, les autorités américaines entendent soutenir davantage cette démarche visant à résoudre une fois pour toute la crise sécuritaire qui sévit en grande pompe sur le sol haïtien.

Ce lundi, lors de la réunion de la Communauté Caribéenne sur la crise multidimensionnelle haïtienne, le Secrétaire d’État américain, Antony Blinken a annoncé que les États-Unis comptent fournir 100 millions de dollars en plus des 200 millions promis pour soutenir le déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité (MMS).

Par ailleurs, le représentant américain a aussi rassuré qu’une aide humanitaire sera apportée aux Haïtiens qui font face quotidiennement aux violences perpétrées par les gangs armés criminels et que celle-ci s’élève à 33 millions de dollars.

Alors que le pays est davantage plongé dans une situation délicate, ces derniers jours, où même les principaux représentants de l’État, dont le PM de facto Ariel Henry, ne sont pas en mesure d’apporter une réponse appropriée, M. Blinken a fait savoir que Washington soutient la proposition d’un Conseil Présidentiel pour assurer la gouvernance en Haïti.

Il faut noter que le responsable américain prend activement part aux assises en terre jamaïcaine, plus précisément à Kingston, où plusieurs acteurs politiques se réunissent sous l’obédience des dirigeants de la CARICOM afin de trouver un consensus.

LIRE AUSSI

PressLakay