L’ex-Ministre Nader Joiséus se positionne dans l’affaire de la construction du canal sur la rivière Massacre

Nader Joiséus ancien ministre TPTC

Dans le cadre du conflit diplomatique entre Haïti et la République Dominicaine en ce qui concerne la construction par les paysans haïtiens d’un canal sur la rivière Massacre, l’ancien Ministre des Travaux Publics, Nader Joiséus a déclaré que les autorités haïtiennes doivent en profiter pour relancer l’économie nationale

La construction du canal sur la rivière Massacre, à Ouanaminthe, et au niveau de la localité de Dajabón de l’autre côté de la frontière, a tapé sur les nerfs des autorités dominicaines. Des mesures sont prises par ces dernières notamment la fermeture de la frontière. Bon gré mal gré, les paysans haïtiens poursuivent les travaux. Ce mardi, l’ancien ministre des Travaux Publics, sous l’administration de feu Président Jovenel Moïse, Nader Joiséus a pris position.

Selon l’ancien titulaire du Ministère des Travaux Publics Transports et Communication, les travaux de construction du canal doivent se poursuivent malgré les menaces faites par le Président dominicain Luis Abinader. Il a souligné que ce projet qui a été lancé sur l’administration précédente a été persécuté à mantes reprises par les autorités dominicaines.

“Le canal, une fois construit, permettra aux paysans haïtiens dans la région d’irriger leurs terres agricoles. Ainsi, les travailleurs haïtiens en terre voisine reviendront dans le pays pour cultiver les denrées nécessaires à l’alimentation de la population et au commerce avec la RD”, a-t-il fait savoir en soulignant aussi une baisse de la production agricole de la République voisine.

“De ce fait, les producteurs dominicains ont maintenu la pression sur leurs dirigeants pour empêcher la construction d’un canal sur une partie d’une rivière qui se trouve sur un territoire qui n’est pas le leur”, a poursuivi M. Joiséus.

Par ailleurs, l’ancien ministre des Travaux Publics a avancé que la population haïtienne, au niveau de Ouanaminthe, entend achever le projet malgré les interventions du Directeur Général du FAES. Il a aussi noté que le Directeur de la BMPAD avait proposé de former une commission pour aller évaluer les travaux et ordonner ceux qui devront être suspendus, jusque-là rien n’a été fait.

D’après l’ancien titulaire du MTPTC, la construction de ce canal sur la rivière Massacre causera une perte de main-d’œuvre agricole, en grande partie haïtienne, de l’autre côté de la frontière. Pour les Haïtiens, elle aura permis à ces derniers d’aller se faire humilier en terre dominicaine dans l’espoir d’un mieux-être.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay