L’OPC dénonce l’attaque des bandits armés à Source Matelas

Office de la protection du Citoyen

Dans une note publiée, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) dénonce avec la plus grande fermeté les récentes actes meurtrières perpétrées contre la population de la localité de Source Matelas, commune de Cabaret, du 17 au 22 avril 2022. L’organisme de défense des droits humains a aussi mis l’accent sur le kidnapping qui continue à faire des victimes.

Office de la protection du Citoyen
Office de la protection du Citoyen

Alors que les résidents de la localité de Source Matelas dans la commune de Cabaret sont restés vautrés chez eux, sans eau et sans nourritures, les violences continuent de plus belle sous l’œil impassible des autorités concernées. Ne pouvant rester sans réaction face à ces événements tragiques, meurtriers et barbares, l’Office de la Protection du Citoyen a publié une note dans laquelle il dénonce ces actes perpétrés contre les habitants de ladite zone.

“Assassinats, viols à répétition, massacres de population dont des bébés, des femmes enceintes, destruction de bien, fuite massive…” s’est plaint l’organisme qui se dit chargé de protéger les droits du citoyen.

Parallèlement, l’OPC a exprimé sa consternation face aux cas de kidnapping qui ne cessent de se multiplier dans la région métropolitaine. Le dernier en date médiatisé est celui du Directeur Général de Canal Bleu, libéré très récemment contre rançon, le journaliste Robert Denis.

” Quant aux autres otages enlevés au quotidien et dont leurs parents ne sont pas en mesure de verser la rançon exigée, ils sont torturés ou tout bonnement exécutés et leurs corps enterrés dans des fosses communes, ou livrés aux chiens” s’est plaint encore une fois l’Office de la Protection du Citoyen.

À noter que cela fait quatre jours que les bandits armés de “400 Mawozo” et de “5 Segond” ont siégé la localité de Source Matelas en contraignant les résidents qui ont eu le temps à abandonner leurs domiciles et les autres qui n’en ont pas eu, à rester enfermés chez eux sans eau ni provisions alimentaires. Des témoins ont affirmé que plus d’une vingtaine de personnes ont été assassinées.

LIRE AUSSI

PressLakay