Lutte contre la corruption: le DG de l’ULCC appelle à un renforcement de la coopération internationale

Lutte contre la corruption: le DG de l’ULCC appelle à un renforcement de la coopération internationale

Prenant part actuellement à la 15e session du Groupe d’examen de l’application de la Convention des Nations Unies contre la corruption, le Directeur Général de l’ULCC, Me Hans Jacques Ludwig Joseph appelle à un renforcement de la coopération internationale en matière de lutte contre ce fléau mondial.

À l’échelle mondiale, la corruption demeure le premier facteur de sous-développement, selon les experts. En Haïti comme partout ailleurs, des efforts sont consentis pour réduire au maximum la corruption. Alors que la 15e session du Groupe d’examen de l’application de la Convention des Nations Unies contre la corruption se déroule au Centre international de Vienne, en Autriche, du 10 au 14 juin 2024, les représentants de chaque État membre font le point sur la situation de la lutte dans leur pays et proposent également d’autres pistes de solutions.

Participant aussi à ce sommet au nom d’Haïti, le Directeur général de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), Me Hans Jacques Ludwig Joseph, accompagné d’une délégation, a appelé à une coopération internationale efficace, efficiente, réactive en matière de lutte contre la corruption et le recouvrement des biens mal acquis.

Le responsable de cette institution publique engagée dans la lutte contre la corruption en Haïti a aussi interpellé les États faisant partie de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) à favoriser une entraide judiciaire plus proactive pour faciliter l’identification des avoirs provenant de la corruption : les préserver, les confisquer et les restituer sans conditions aux pays d’origine.

Parallèlement, l’expert principal anti-corruption pour Haïti a souligné les efforts déployés dans le pays concernant la bataille engagée contre ce fléau qui gangrène l’administration publique. Il a aussi présenté les récents développements et perspectives futures.

“L’État haïtien, en tant qu’État partie à la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC), participe activement aux différents mécanismes de suivi et s’assure de mettre en cuvre les recommandations formulées lors des évaluations.” a soutenu Me Hans Ludwig Joseph.

Il faut souligner que l’année dernière Haiti avait adopté le décret du 30 avril 2023 qui sanctionne le blanchiment des capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive. Le pays a aussi un nouveau code fiscal et un nouveau code douanier. De plus, à travers l’ULCC, Haïti a adhéré au « Réseau GlobE », un réseau de coopération internationale informelle qui réunit différentes autorités nationales de lutte contre la corruption.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay