Manifestation anti-gouvernementale : Tensions dans l’aire métropolitaine et des villes de province

Manifestation anti-gouvernementale : Tensions dans l'aire métropolitaine et des villes de province

L’aire métropolitaine de Port-au-Prince ainsi que plusieurs villes de province se sont réveillées, lundi 5 février 2024, sous tension. Plusieurs axes routiers sont barricadés et dans divers endroits, des citoyens ont investi les rues pour exiger le départ du Premier Ministre Ariel Henry.

Comme c’était annoncé durant le week-end écoulé, la mobilisation pour capoter le chef du gouvernement se poursuit et l’opposition politique qui mène la population haïtienne semble bien décidée à rester dans les rues pour obtenir le départ du locataire de la Primature. Ce lundi, plusieurs communes des départements de l’Ouest, du Sud, du Centre et de la Grand-Anse sont en ébullition.

Dans la région métropolitaine, plus précisément à Delmas, plusieurs centaines de manifestants ont foulé le macadam. Un mouvement de protestation spontané, entamé depuis hier dimanche, et dont les forces de l’ordre s’efforcent à chaque fois de stopper à coup de gaz lacrymogènes. Dans plusieurs coins, les crépitements d’armes automatiques se font entendre. L’école et la circulation sont totalement paralysées.

Dans la commune de Hinche, département du Centre, des agents de la BSAP, accompagnés de quelques membres de la population, ont investi les rues. Plusieurs artères sont barricadés paralysant ainsi la circulation.

Dans la troisième ville du pays, le scénario n’est pas différent. La route nationale #2 demeure bloquer au niveau de Charpentier avec un mur fait de blocs de ciment. La route nationale #7 qui conduit à l’aéroport Antoine Simon est complètement barricadée. C’est le cas pour celle qui mène à la côte Sud.

À l’approche du 7 février 2024, date marquant la fin du mandat du Premier Ministre Ariel Henry, selon l’Accord du 21 Décembre 2022, la situation est chaotique sur l’ensemble du territoire national. Si les alliés du pouvoir persistent à dire que le chef du gouvernement ne bougera d’un pouce, l’opposition décide bien de tout mettre en œuvre pour arriver à leur fin.

LIRE AUSSI

PressLakay