Manifestations anti-gouvernementales : le comportement des policiers dénoncé

Manifestations anti-gouvernementales : le comportement des policiers dénoncé

Alors que les manifestations se multiplient dans les rues à travers le pays pour exiger la démission du chef du gouvernement, Ariel Henry, une forte présence policière est toujours constatée non pas pour accompagner et protéger les protestataires mais plutôt pour les gazer et dans certains cas des agents de la PNH tirent à balle réelle et surtout à hauteur d’homme. Un fait condamné par plus d’un.

La population haïtienne ne compte pas lâcher prise en ce qui a trait à sa grande mobilisation visant à capoter le régime en place qui est maintenu par le Premier Ministre Ariel Henry. De son côté, le pouvoir reste ferme à sa volonté. Depuis plusieurs jours, l’opposition politique a investi les rues et dans la même occasion les forces de l’ordre sont déployées dans divers endroits. Elles dispersent les foules à coup excessif de gaz lacrymogènes comme c’était le cas lors de la manifestation du dimanche dernier à Delmas quand plusieurs personnes y compris le leader de la plateforme Pitit Desalin, Moïse Jean-Charles, ont failli étouffer.

Hier mardi, un mouvement de protestation à Pétion-Ville qui s’est transformé par la suite en scène de pillage d’un supermarché, a été l’occasion, une nouvelle fois, pour les policiers d’abuser de leur force. En effet, alors que des personnes non armées qui prenaient part au pillage de l’entreprise commerciale vidaient le lieu, les forces de l’ordre se sont pointées et n’ont pas manqué l’opportunité de menacer un mineur en déséquilibre.

Dans une image devenue virale sur les réseaux sociaux, on peut voir le garçonnet couché par terre pendant qu’un agent de la PNH lui pointe son fusil avant de le bastonner à coup de pied. La scène troublante prête à la consternation et plus d’un dénoncent avec force le comportement des agents qui sont censés ramener l’ordre.

Si les forces de l’ordre ont pour mot d’ordre de réagir par la force au cas où il s’agit de personnes armées lors des manifestations, on ne peut imaginer qu’il en est de même contre une population désœuvrée, livrée à lui-même et qui a décidé de fouler le macadam sans arme à feu pour faire passer ses revendications. Que l’institution policière met du professionnalisme dans son travail et ne se laisse pas instrumentaliser par le pouvoir politique !

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay