Martissant: les protagonistes annoncent la paix, mais gardent leurs armes

0 107

Les civils armés de l’entrée Sud de la capitale annoncent avoir fait la paix. Une paix qui est venue en toute fin d’année alors que ces derniers aient passé toute l’année à terroriser la population et les passagers empruntant cette voie. Retour sur cette annonce de trève avec des citoyens de la 3ème circonscription de Port-au-Prince et des syndicalistes de transport en commun.

Agence presslakay
Agence presslakay

La guerre entre les civils armés de Martissant date depuis 1er juin 2021 où Village de Dieu, Fontamara, Tibois et Gran Ravin se livrent une bataille pour le contrôle de cette banlieue de la capitale. Si la police ne cesse d’annoncer de plan pour reprendre le contrôle de la zone, des mois après, la situation devient plus complexe jusqu’au moment où les civils armés décident eux-même de faire la paix.

« Je suis au courant qu’une rencontre entre les protagonistes a eu lieu. Elle a bien eu lieu entre les chefs de bandes armées. Ils disent avoir fait la paix. Si c’était vrai saurait été bien. Nous souffrons trop de cette lutte sans fin entre groupe de gangs qui nous compliquent la vie », explique Brunel un citoyen habitant à Fontamara.

« Je laisse Fontamara pour aller travailler au niveau de la route de l’Aéroport. Pour éviter Martissant je passe par Saint Jude et le prix du transport devient une entrave à un moment où les prix des produits de première necessité explosent. Donc s’il s’agit d’une paix réelle ce serait un ouf de soulagement », a commenté le personnage.

Le syndicaliste Méhu Changeux y voit un piège

Interrogé sur l’annonce de cette paix annoncée entre les civils armés de la troisième circonscription de Port-au-Prince, le syndicaliste Méhu Changeux dit voir dans cette démarche un piège pour mieux prendre les naïfs. Il rappelle qu’ils avaient déjà annoncé cette paix l’année antérieure.

« L’année dernière, ils avaient annoncé la paix. De nombreux citoyens qui ont emprunté cette voie ont été kidnappés et des camions de marchandises détournés », se souvient le syndicaliste.

Il rappelle aussi qu’après l’annonce de cette trève cette semaine, un bus a été détourné. Le droit de péage imposé par les hommes armés est toujours maintenu et des personnes continuent d’être víctimes dans cette route abandonnée aux civils armés.

Méhu Changeux qui intervenait sur une station de radio la capitale mercredi, a même invité les chauffeurs du transport en commun à se méfier de l’annonce faite par les bandits.

En annonçant la paix, les civils armés n’ont pas remis leurs armes

Au moins les hommes armés de Cité Soleil lors de l’annonce de la paix avaient remis deux fusils. Même si ces derniers étaient des fusils usés qu’ils n’utilisaient plus. Mais la Commission Nationale sur le désarmement avait reçu ses matériels. Mais les hommes de l’entrée Sud de la capitale annoncent la paix mais ils gardent leurs fusils d’assaut.

Une paix qui est annoncée à un moment où la police a un de ses blindés qui a été volé et que jusqu’à date le véhicule et des armes de guerre volés sont toujours entre leurs mains. Ils circulent dans leur territoire avec le blindé sans embarras.

Et de son côté, si la police avait annoncé qu’elle allait procéder à la récupération des matériels volés, des semaines après rien n’est toujours fait, selon nos informations.

Entre la pacification promise par la police depuis des mois qui se fait encore attendre et la paix annoncée par les civils armés, la population doit prendre son mal en patience.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :