Migration: en Turquie, des haïtiens en difficulté appellent au secours

0 62

Rien ne va plus pour des centaines de compatriotes haïtiens qui avaient laissé le pays à la recherche d’un mieux être en Turquie. En proie à d’énormes difficultés, ces compatriotes qui désirent de retourner au bercail n’ont pas les moyens pour le faire et multiplient les appels auprès des autorités haïtiennes.

Les drapeaux haïtien et Turc

« Au départ, on m’avait parlé du projet de la Turquie qui, à mes yeux était intéressant. Avec l’aide de mes parents qui vivent à Saint-Marc ma ville natale, j’ai fait les planifications nécessaires pour trouver la somme exigée pour le voyage. Et nous étions plusieurs dizaines de jeunes à y aller dans mon groupe », a expliqué Corgelas Djeferson à un collaborateur de Presslakay.

« Les organisateurs du voyage ont trompé notre vigilance depuis notre arrivée à Istanbul, capitale de la Turquie. En descendant l’avion, la personne de référence qui devrait nous prendre en charge n’a pas répondu à notre appel. Et depuis, commence notre misère là-bas, ajoute le Saint Marcois tout en précisant que lui et d’autres compatriotes ont été supportés par des haïtiens qui étaient là avant son groupe.

Pour travailler en Turquie, il nous faut un permis. Et le document qu’on nous avait donné a été expiré trois mois après et impossible de le renouveller, poursuit Djeferson.

Vivre avec des documents expirés en Turquie

Les haïtiens qui sont arrivés en Turquie sont allés travailler dans des domaines spécifiques notamment dans les manufactures pour la confection des vêtements. Mais la situation économique du pays avec une inflation en hausse ne leur permet pas de réaliser leur rêve.

Mal payés, ces derniers font face à de véritables difficultés pour retourner au bercail.

Avec des documents expirés après les trois mois, ils ne sont pas éligibles pour travailler. Certains ont connu la prison, raconte le natif de la cité de Nissage Saget.

Les migrants noirs et le racisme en Turquie

Mis à part les difficultés pour renouveler leurs papiers, ces compatriotes Haïtiens font face à un ancien problème. Le Racisme.

Les noirs ne sont pas appréciés dans ce pays surtout les migrants qui sont à la recherche de travail.

 » Ils refusent de nous donner leurs maisons en location même si nous pouvons payer le montant exigé. Les femmes se montrent très complexées par rapport à nous les noirs. Aujourd’hui, nous sommes plusieurs dizaines dans un appartement, raconte notre contact.

Un premier vol annulé et un autre planifié pour le 28 juillet

Les autorités haïtiennes n’ont pas fait cas de ces jeunes qui, jour et nuit lancent des appels en vue de faciliter leur retour en Haïti. N’ayant pas de mission diplomatique en Turquie, les haïtiens n’ont personne pour les défendre.

Ainsi nous dit Djeferson un premier vol a été annulé mais aucune explication n’a été donnée à ces migrants qui étaient déjà arrivés à l’aéroport d’Istanbul.

Dans la foulée, il nous a appris qu’un autre vol est prévu pour le 28 juillet prochain. Il s’agit selon lui d’un vol qui est planifié par l’Organisation Internationale pour la Migration ( OIM) qui partira d’Istanbul à Port-au-Prince. Mais ils ont des doutes vue que le premier a été annulé.

De Chili à Mexique en passant par le Brésil et la Turquie la situation de nos compatriotes qui partent à la recherche d’une vie meilleure est très difficile. Pourtant, à l’interne rien n’est fait pour empêcher le déplacement de ces milliers de compatriotes en particulier les jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More