Migration : Les organisateurs des vols charters vers le Nicaragua dans le viseur des autorités américaines

Brian Nichols

Dans une annonce, lundi 6 novembre 2023, le Sous-secrétaire d’État américain pour l’hémisphère occidental des USA, Brian Nichols a dénoncé l’augmentation spectaculaire du nombre de vols charters à destination du Nicaragua que des personnes organisent pour faciliter le déplacement des Haïtiens et Cubains qui désirent rentrer aux États-Unis. Le fonctionnaire américain a souligné que des mesures seront prises pour sanctionner ceux qui sont impliqués dans cette activité.

Alors que les vols charters à destination du Nicaragua augmentent de manière spectaculaire pour les Haïtiens et Cubains qui n’ont d’autres alternatives que de traverser la frontière américano-mexicaine, les autorités américaines se montrent préoccupées. En Haïti comme à Cuba, les gens s’organisent pour se rendre dans le pays d’Amérique centrale qui leur donne accès au territoire mexicain et de là, ils pourront fouler le sol américain. Une tendance qui prend davantage de l’ampleur et que des individus ne manquent pas l’occasion d’en profiter. Ils organisent ces voyages qui permettent aux migrants des deux pays concernés de traverser une bonne partie du continent américain afin de s’établir en terre américaine.

Face à cette situation, l’administration Biden qui a mis en application le CBP One, au Mexique, montre déjà des signes d’inquiétude. Ce lundi, le Sous-secrétaire d’État américain pour l’hémisphère occidental des USA, Brian Nichols a dénoncé cette voie migratoire en nette progression dans les pays d’amérique du Sud et celui des Caraïbes. Parallèlement, il a fait savoir que les autorités américaines entendent prendre des mesures pour identifier puis sanctionner tous ceux qui organisent les vols charters vers le Nicaragua.

“Je suis préoccupé par les informations faisant état d’une augmentation spectaculaire du nombre de vols charters à destination du Nicaragua qui facilitent la migration irrégulière depuis Cuba et ailleurs vers les États-Unis. Personne ne devrait profiter du désespoir des migrants vulnérables, que ce soient les “passeurs”, les entreprises privées, les agents publics ou les gouvernements”, a écrit M. Nichols.

À rappeler que la semaine dernière, le Chargé d’affaires de l’ambassade américaine en Haïti, Eric Stromayer avait mis en garde tous ceux qui désirent exploiter la voie migratoire terrestre via le pays d’amérique centrale. Il avait souligné que tous ceux qui l’empruntent perdront certainement toutes les possibilités de se rendre légalement sur le territoire américain.

LIRE AUSSI

PressLakay