Par peur d’être tué, Youry Chévry demande aux autorités de la justice dominicaine de ne pas l’extrader vers Haïti.

0 316

Appréhendé le dimanche 14 février au poste frontalière de la Santa Cruz dans la province de Dajabón par la justice Dominicaine, suite à un avis de recherche lancé contre lui par la DCPJ. L’ex maire de la commune de Port-au-Prince a fait une demande d’asile politique aux autorités dominicaines.

Les autorités dominicaines ont rapporté que l’ancien maire de Port-au-Prince a été arrêté en compagnie de trois individus, parmi eux, un ancien gouverneur dont l’identité n’a pas été révélée. Youry Chévry confirme aux autorités dominicaines qu’ils sont des insurgés.

Deux pistolets de calibre 9 mm de marque Taurus, qui auraient appartenus à la Police Nationale d’Haïti, de l’argent, Trois magazines, 30 capsules, 4 cartes d’identités haïtiennes, une carte de la Police Nationale d’Haïti. Un permis port d’armes, sept téléphones portables et un camion Nissan, ont été confisqués par les autorités Dominicaines

Dans une lettre ouverte adressée au Ministre Dominicain des Affaires Étrangères, Roberto Alvarez, le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), en se référant à la convention de Genève de 1951 et le protocole de 1967 sur la situation des réfugiés ratifié par le pays, a demandé d’accorder le statut de réfugié à Youry Chévry, qui est persécuté politiquement en Haïti.

Selon l’avis de recherche émis par la DCPJ, Youry Chévry est reproché d’assassinats, tentative d’assassinat, destructions des biens publics et privé et d’associations de malfaiteurs. En plus de ses infractions, il serait de mèche avec le groupe dénommé Fantôme 509, selon des informations recueillies de nos sources.

Maxime Louissaint.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More