Pouquoi un avion militaire américain a atterrit à Port-au-Prince

Pouquoi un avion militaire américain a atterrit à Port-au-Prince

Un avion de l’armée américaine a atterri, mardi 23 avril 2024, à l’Aéroport International Toussaint Louverture . Un premier atterrissage à Port-au-Prince depuis environ deux mois que les activités sont suspendues à l’aéroport en raison de l’aggravation de la crise sécuritaire dans la région métropolitaine.

Quelques semaines après que l’administration Biden avait annoncé au Congrès américain qu’elle fournira armes et munitions d’une valeur de plusieurs millions de dollars pour aider les officiers à prendre part aux opérations en Haïti, un quadrimoteur de l’armée américaine de type AC-130 a atterri sur la piste de l’Aéroport international Toussaint Louverture. À bord de l’appareil se trouvait des soldats et d’autres personnels de l’armée qui ont mis pied à terre.

Jusqu’à maintenant, les autorités américaines n’ont pas précisé dans quel but cet atterrissage a eu lieu à Port-au-Prince. Cependant, des sources ont confirmé qu’il s’agit du premier vol d’une série qui se pousuivra dans un contexte d’efforts visant à établir un périmètre de sécurisé autour de l’aéroport. Il vise aussi à aider les forces de sécurité haïtiennes à reprendre le contrôle de cet espace stratégique.

Depuis le 4 mars dernier, toutes les activités sont suspendues à l’Aéroport International Toussaint Louverture à cause du fait que des avions ainsi que d’autres installations ont été touchés lors du déclenchement de l’escalade des violences. Depuis, la capitale haïtienne et ses environs s’apparentent à une scène de guerre où plusieurs localités ont été vidées de leurs occupants. À longueur de journée, on ne fait qu’entendre que des tirs sporadiques.

Afin d’apporter une réponse à la crise sécuritaire, des pays comme les États-Unis continuent à exiger le déploiement rapide de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité, approuvé par l’ONU, en octobre dernier. Jusqu’à présent, personne n’est en mesure de fournir une date précise concernant l’arrivée de la force multinationale qui sera dirigée par le Kenya.

Entre-temps, le gouvernement américain a déjà autorisé le Département d’État à notifier au Congrès son intention d’ordonner un prélèvement pouvant aller jusqu’à 60 millions de dollars pour fournir le soutien nécessaire aux pays partenaires, notamment le Kenya, la Jamaïque et les Bahamas, pour que leur personnel soit opérationnel dans les meilleurs délais.

LIRE AUSSI

PressLakay