Présidentielle aux USA : Biden et Trump à la course aux votes ouvriers du secteur de l’automobile

Biden Trump

Alors que les ouvriers du secteur de l’automobile entendent poursuivre la grève pour revendiquer une augmentation de salaire, Joe Biden et Donald Trump, en pleine campagne électorale pour la Présidentielle de 2024, ne ratent pas l’opportunité pour gagner davantage d’électeurs.

Quand il s’agit d’élections, tout moyen est bon pour gagner serait-ce une poignée d’électeurs. C’est donc cette attitude adoptée par les deux candidats qui seront dans nul face-à-face lors de la Présidentielle de l’année prochaine, aux États-Unis. Alors que les ouvriers du secteur de l’automobile poursuivent leur arrêt de travail pour exiger une augmentation de salaire avoisinant les 40% sur 4 ans, l’actuel pensionnaire de la Maison Blanche et l’ancien Président américain Donald Trump en profitent pour rallier quelques-uns à leurs causes.

D’ailleurs, c’est bien Joe Biden qui a entamé la danse en se rendant , ce mardi, du côté de Detroit, la capitale américaine de l’automobile, afin de rejoindre un groupe de grévistes pour leur apporter son soutien. Dans la petite ville de Wayne, dans l’État de Michigan, le Président américain a prévu de rencontrer une importante délégation d’ouvriers d’une gigantesque usine d’assemblage Ford à l’arrêt. Une visite du dirigeant américain qui consiste à permettre à ces derniers d’obtenir “une juste part de la richesse qu’ils ont contribué à créer”.

À noter que c’est la première fois de son histoire que le syndicat UAW est en grève contre les trois grands constructeurs américains à savoir Ford, General Motors et Stellantis. Depuis 15 septembre, ce dernier a entamé un arrêt de travail pour forcer les trois géants de l’automobile aux États-Unis à augmenter le salaire des ouvriers du secteur.

Invité au piquet de grève, ce mardi, l’enjeu pour Joe Biden, c’est de prouver que c’est lui au contraire, le président des classes laborieuses, qui défend le syndicat.

De son côté, Donald Trump, qui ne soit sans doute pas le bienvenu à Wayne, se rendra lui demain 27 septembre, au Nord de Detroit. À l’occasion, le magnat de l’immobilier a souligné que c’est bien lui le premier à avoir annoncé son intention de se rendre dans la région.

“Si l’escroc Joe Biden et les fascistes de la Maison Blanche ont monté cette opération, c’est uniquement en réaction à mon propre déplacement.”a déclaré l’ancien Président américain.

LIRE AUSSI

PressLakay