Rareté de carburant: Le CNSCA dit craindre une crise humanitaire en Haïti

Rareté de carburant, le CNSCA dit craindre une crise humanitaire en Haïti. En effet, le Conseil National de la Société Civile Ayitienne (CNSCA) dit constaté avec la plus grande stupéfaction que depuis quelques semaines, la recrudescence du phénomène de l’insécurité dans le pays affecte toutes les sphères d’activités.

Cette situation d’insécurité qui bat son plein dans le pays, particulièrement dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, a largement affecté une grande partie des réseaux de distribution des produits pétroliers où pour protéger leurs vies et éviter que camions et cargaisons ne soient pas détournés au passage par des bandits, les transporteurs refusent de s’aventurer au Terminal de Varreux en vue d’approvisionner les pompes.

Ainsi cette grève spontanée des transporteurs a-t-il causé une pénurie de carburant à travers tout le pays et, par conséquent, a favorisé le prix à la hausse du gallon de gazoline passant de 200 Gourdes jusqu’à 2 500 Gourdes, regrette l’association.

Devant cette situation de panique, où même les hôpitaux privés menacent de fermer leurs portes, le Conseil National de la Société Civile Ayitienne (CNSCA), demande aux autorités de l’État de prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’accompagner le Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD) dans le processus de distribution des produits pétroliers.

De plus, le CNSCA exige que le “Task Force” proposé par le Directeur Général du BMPAD, M. Fils-Aimé Ignace SAINT-FLEUR, soit fortement appuyé par la Police Nationale d’Haïti pour garantir la sécurité des transporteurs, des cargaisons et celles des camions afin que toutes les pompes soient alimentées et que l’essence y soit vendue au prix initial fixé par l’État.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay