Rareté de carburant: Quand le gallon jaune devient tristement célèbre en Haïti

0 14

Vous les avez certainement vu. Les essaims de gallon dans presque toutes les pompes à essence. Le constat est là: Les pompes sont de moins en moins alimentées à Port-au-Prince, cependant dans les villes de provinces la situation est beaucoup plus alarmante. Les automobilistes font la queue tous les jours pour s’approvisionner en carburant. Chaque fois qu’une goute est disponible dans une pompe à essence, c’est la pagaille.

« Men sa Jovenel ba nou kòm travay. Vin ak galon jòn chak jou devan yon ponp epi goumen sa k pi konn batay la ap jwenn gaz », témoigne un citoyen très en colère, dans ses deux bras quatres gallons jaunes. Cela fait plusieurs heures qu’il fait le pied de grue en quête vainement de carburant.

Entassés comme des sardines dans de longues files d’attente, ces citoyens ne savent à quel saint se vouer. Ils passent des heures durant scotchés à leurs voitures dans l’espoir de s’approvisionner. Malheureusement, ça devient une casse-tête lorsqu’on sait qu’il y a aussi des centaines d’automobilistes qui font la queue avec leur gallon jaune devant les stations de service.

« Aaa mwen pa konn pou ki lè mwen la. Lajan w nan men w epi ou pa ka jwenn sa w bezwen an » a déclaré une jeune femme avec un visage rempli de désespoir.

Depuis le dimanche 1e septembre, le Directeur Général du Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD), Fils-Aimé Ignace Saint-Fleur, avait confirmé qu’une cargaison de 228 mille barils de pétrole était arrivée au pays. Pour certains consommateurs qui continuent de faire la queue avec un gallon jaune devant les pompes, les déclarations de Ignace Saint-Fleur sont considérées comme une farce.

« Mesye a ap ranse. Li pa al jwenn Polky pou l monte pyès teyat. Li di konbyen baril antre epi se nan goumen ak nan sipliye mwen te ye talè a pou m jwenn 1 galon gaz pou m met nan moto » lance ce motocycliste.

« Wi baril gaz yo antre, yo kay Ignace Saint-Fleur. Yo anndan rezèvwa kay Jovenel Moïse. Yo nan machin Martine Moïse. Si gaz te rantre pou ponp yo jodiya sa m t ap fè nan vin pèdi tan la. Ignace Saint-Fleur separe gaz la ak fanmi li epi zanmi l yo » lance une jeune femme frustrée, assise dans sa voiture et attend son tour dans l’espoir de s’approvisionner.

Cette pénurie d’essence constaté depuis environ deux à trois semaines créé la panique chez les consommateurs.

Les cumules de dettes de l’État envers les compagnies pétrolières serait la résultante de cette situation. Pour le citoyen Samuel Lamery qui a livré ses impressions à la rédaction de Presslakay, il qualifie ce problème d’une manoeuvre politique et rien d’autre que de la politique.

« Enpresyon mwen sou fenomèn sa li totalman politik e anyen ankò. Li pa fè okenn sans pou gen yon kriz parèy pandan plis ke 2 semèn e okenn solisyon pa pote » a critiqué le jeune photographe.

Si pour Lamery c’est de la politique, pour Peterson Désir, ancien étudiant en sociologie à la Faculté d’Ethnologie qui a analysé cette rareté de carburant, il assimile cette pénurie à une tentative visant à preparer l’opinion publique sur les éventuels possibilités d’augmenter le prix des produits pétroliers à la pompe.

« Nou ka di se yon rate pwovoke oubyen yon rate kreye ki petèt rantre nan lojik pou yo ka monte l. Yo jis ap teste pou yo wè ».

Dans l’intervalle, les jours passent, la gazoline, le diesel se font de plus en plus rare dans les pompes.

Les consommateurs trépassent et se sont livrés à des querelles qui parfois se transforment en pièce de théâtre au niveau des pompes à essence. En visionnant ces vidéos ci-dessous vous aurez une idée claire dans quel état la société est kokoratize pendant cette pénurie d’essence à travers le pays.

Une situation que le juriste Godismaly Previlon a analysé avec un peu de tristesse. « la triste célébrité des gallons jaunes n’est pas pour protester. Mais plutôt pour se conformer au pénible, au pire. Nous nous résignions à tout ce qui est anormal ».

« Nous faisons tous fi de nos droits. Jusqu’à quand l’haïtien pourra mener une vie descente digne des personnes dotées de droits? Questionne le jeune avocat au barreau de Port-au-Prince.

À chacun son gallon jaune pourquoi?

« Galon jòn lan fè w jwenn gaz la pi rapid. Pa gen zuzu ladan l, w ap pi fasil pou w pouse pandan galon w nan men w. Men, lè w sou yon machin oubyen moto ou pa gen kontwòl gaz k ap bay pa ti kiyè a, ou riske kanni anba ponp lan paske nèg ki ak galon jòn lan anvayi ponp lan, y ap pale fò nan tèt ponpis la epi prè pou foure galon jòn nan kote gaz la ap soti a » explique un jeune citoyen de 28 ans.

Pour Peterson Désir qui analyse ce phénomène, il l’a abordé sous un autre angle « fenomèn galon jòn nan men, nan machin oubyen nan dèyè moto ki se yon fenomèn nouvo vin tounen yon senbòl nan sans ke nan sitiyasyon aktyèl nou ye la, lè nou wè yon moun, yon machin oubyen yon moto ak yon galon jòn sa vle di gen rate gaz. Gen yon kominikasyon jounen jodiya galon jòn fè ak nou ».

A quand l’arrivée de la nouvelle cargaison de baril d’essence afin de pallier à cette rareté de carburant? Seul le gouvernement haïtien a la réponse, mais hélas ! silence radio du côté de la section communication au sein du pouvoir en place. Dans l’indifférence et l’insouciance totale, la bagarre continue, les consommateurs en mode kokorat avec un gallon jaune se livrent au combat comme dans un champ de bataille. Triste Haïti!

Dimitry Charles, Directeur de l’Information Presslakay/ présentateur à Radio Megastar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More