RD : le prix des œufs chute à cause de la fermeture de la frontière

RD : le prix des œufs chute à cause de la fermeture de la frontière

En République Dominicaine, les producteurs sont obligés de baisser le pris des œufs en raison de la faible demande due à la fermeture de la frontière au niveau de Dajabón. Haïti étant l’un des principaux marchés pour la commercialisation des denrées produit dans le pays.

Rien ne va plus pour les producteurs des œufs en République Dominicaine. En effet, depuis la fermeture de la frontière au niveau de Dajabón, principal point de commerce entre les deux pays, les haïtiens ne peuvent plus acheter les produits alimentaires en provenance de la RD. Par conséquent, la demande baisse considérablement sur ce point frontalier qui représente l’unique lieu d’échange commercial entre les deux Nations depuis l’aggravation de la situation sécuritaire au niveau de Malpasse, une localité haïtienne limitrophe à la frontière.

Face à cette situation jugée “déplorable”, les différentes associations dominicaines qui se consacrent à la production et à la commercialisation des œufs ont ordonné de réduire le prix du produit, d’après Diario Libre. De ce fait, selon le média dominicain, les producteurs affiliés aux Associations de Producteurs d’œufs ont indiqué que la réduction sera de 300 pesos pour 1000.

« Nous vous écrivons par la présente dans le but de vous informer qu’en raison de la faible demande et de la diminution des ventes, il est nécessaire de réduire de 300 pesos par mille œufs, pour vendre le produit », a indiqué un communiqué publié par l’association.

Parallèlement, une autre association de producteurs dans le pays, l’Association nationale des Producteurs de Poules Pondeuses (Asonaprop) a pris les mêmes mesures.

“Nous informons tous les distributeurs et producteurs d’œufs de table, qu’à partir d’aujourd’hui, mardi 12 septembre 2023, tôt le matin, le prix d’un gros œuf sera de 5 pesos l’unité. à la ferme , et du carton de 30 unités à 150 pesos », indiquent-ils à travers une circulaire.

Alors qu’un ultimatum est donné par le Président dominicain, Luis Abinader, jusqu’à jeudi 14 septembre 2023, aux autorités haïtiennes, pour stopper la construction du canal sur la rivière Massacre, les paysans à Ouanaminthe n’entendent pas lâcher prise. Où arrivera ce conflit entre les deux pays ? Que feront les dirigeants haïtiens ? Autant de questions que l’on peut se poser.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay