République Dominicaine : les camionneurs haïtiens menacent de suspendre le commerce sur la frontière

République Dominicaine : les camionneurs haïtiens menacent de suspendre le commerce sur la frontière

Quelques jours après que la barrière haïtienne de la frontière a été violée, démolie puis jetée dans la rivière Massacre, à Ouanaminthe, ce qui a favorisé la reprise des activités commerciales, lundi 25 décembre 2023, les camionneurs haïtiens sont rentrés en conflit avec les autorités locales à cause des abus dont ils sont victimes.

En effet, hier lundi, plusieurs dizaines de camions de marchandises étaient restés bloqués de l’autre côté de la frontière ne pouvant pas rentrer à Ouanaminthe. Selon les camionneurs interrogés par Diario Libre, la situation est due à un manque de coordination entre les autorités dominicaines de la Direction Générale des douanes et le Corps Spécialisé de Sécurité des Frontières (CeSFront). Il menacent donc de fermer l’entrée des marchandises sur leur territoire pour une durée indéterminée. Ils ont décidé de prendre cette mesure à partir du vendredi 29 décembre prochain et ce, jusqu’à ce que les abus présumés prennent fin.

« Nous avons beaucoup de camions arrêtés transportant des bananes et nous n’avons pas de riz. Nous sommes très mal à l’aise car nous allons enfoncer cette porte pour voir si nous pouvons trouver une solution à la situation.” a déclaré le président de l’Association des camionneurs haïtiens, Sonny Josef Pierre.

Quelques jours avant, une situation similaire avait provoqué ces derniers à passer de force la barrière haïtienne qui était fermée jusque-là dans le cadre des mesures restrictives prises par les autorités dans le département du Nord-Est pour interdire la circulation et la vente de produits dominicains sur leurs territoires. Toutefois les camionneurs haïtiens avaient décidé d’enfreindre toutes ces mesures pour recommencer à acheter en République voisine en empruntant la voie légale.

“Les haïtiens vivent une calamité. Nous avons « beaucoup d’argent investi pour que nos marchandises ne se perdent pas, nous souffrons beaucoup et il n’y a plus de respect de la part des autorités de CeSFront. Ils nous lancent comme bon leur semble des propos injurieux. Ils cassent tout ce que nous transportons et nous ne pouvons pas les vendre dans notre pays car ils arrivent tous cassés et endommagés” a poursuivi Sonny Josef Pierre

Alors que les travaux de canalisation se poursuivent sur la rivière Massacre, dans la commune frontalière, les autorités haïtiennes n’étaient toujours pas disposées à rouvrir la barrière frontalière tout autant qu’un accord ne soit trouvé entre les dirigeants locaux et ceux du territoire voisin. Cependant, les camionneurs avaient jugé bon ne plus en mesure d’attendre les formalités et avaient brisé la barrière.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay