Sanctionné par le Canada, Carl Braun, Président de la UNIBANK réagit

Sanctionné par le Canada, Carl Braun, Président de la UNIBANK réagit

Après avoir été sanctionné par le gouvernement canadien pour son implication présumée dans des actes de corruption et criminels en soutien aux gangs armés, Carl Braun, Président Émérite et Administrateur-Fondateur de la UNIBANK, a réagi, ce lundi 25 septembre 2023, à travers une note d’information et de protestation.

Depuis la publication de la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, indiquant que trois nouvelles personnalités de la classe économique haïtienne ont été sanctionnées, parmi eux, Carl Braun, nombreux sont ceux qui attendaient une réaction de la part de ce dernier. Étant visé par des mesures restrictives dont économiques prises par le gouvernement canadien, le responsable de l’une des institutions bancaires les plus imposantes en Haïti était bien contraint de se prononcer vu l’étiquette de “corruppteur” qui lui soit collée dessus.

Ce lundi, le fondateur de la banque a fait savoir, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, qu’il reste stupéfait et indigné de voir son nom associé à des délits aussi graves que compromettants. Il a souligné qu’il n’a jamais commis d’actes criminels ni n’a entretenu aucune relation, directe ou indirecte, financière, politique ou autres, avec les bandits armés qui terrorisent quotidiennement la population haïtienne.

“(…) Je n’ai jamais occupé de poste politique ou ministériel ni n’ai été comptable de deniers publics. Je n’ai jamais soudoyé un fonctionnaire public ou un homme politique, ni conspiré pour bénéficier d’avantages indus. Dans ma vie privée et professionnelle, j’ai toujours eu un comportement honnête et intègre”, a-t-il dit tout en soutenant que c’est le succès commercial de l’institution bancaire dont il dirige qui lui a permis de gagner sa vie.

Par ailleurs, M. Braun, qui reste convaincu qu’une erreur grave a été commise par le Canada à son encontre, invite ce dernier à lui fournir le dossier comportant les actes et les faits [concrets et vérifiables] dont on lui reproche et qui auraient entraîné cette décision [unilatérale, a-t-il dit] consistant à lui infliger certaines mesures restrictives.

“(…) Je souhaite recevoir le dossier les actes et les faits afin que je puisse me défendre.” a-t-il conclut.

À noter que les mesures restrictives du gouvernement canadien, à l’encontre des personnalités présumées impliquées dans les violences en Haïti, ont été prises en vertu de la Loi sur les Nations-Unies, la résolution 2653 du Conseil de Sécurité. Les deux autres personnalités haïtiennes sanctionnées, jeudi 21 septembre dernier, au côté de Carl Braun, sont Marc Antoine Acra et Jean-Marie Vorbe.

LIRE AUSSI

PressLakay