Sécurité: Normil Rameau reconduit à la tête de la PNH

Sécurité: Normil Rameau reconduit à la tête de la PNH

Normil Rameau a été désigné à nouveau, ce vendredi 14 juin 2024, comme Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti. Il remplace à ce poste Frantz Elbé qui a dirigé l’institution policière durant trois ans.

Alors que les rumeurs courraient bon train depuis plus d’une semaine, le gouvernement a finalement décidé du sort de Frantz Elbé, très décrié pour manque de résultats à la tête de la Police Nationale d’Haïti (PNH). En effet, ce vendredi, bien que l’infirmation n’est pas encore officiellement rendue publique, celui qui a dirigé l’institution policière durant ces trois dernières années, vient d’être remplacé par Normil Rameau, ancien directeur de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ).

En remplacement de Michel-Ange Gédéon dont le mandat de trois ans était arrivé à terme, Normil Rameau avait été nommé commandant en chef de la Police Nationale d’Haïti, en 2019, sous l’administration du feu Président Jovenel Moïse. Par la suite, il a été remplacé par Léon Charles au bout d’un an.

Ce vendredi, deux jours après la célébration des 29 ans de la Police Nationale d’Haïti, il est reconduit à la tête de l’institution policière dans un contexte où la crise sécuritaire s’est aggravée à cause de l’escalade des violences et où le déploiement d’une Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité, approuvée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, est attendu dans le pays.

Il faut souligner qu’avant sa désignation deux autres noms citaient forts pour reprendre les rênes de l’institution qui entend protéger et servir la population haïtienne. Il s’agissait de Carl Henry Boucher et Vladimir Paraison. Il a finalement été décidé de choisir M. Rameau lors d’une dernière réunion entre le Premier Ministre, Dr Garry Conille et les membres du Conseil Présidentiel de Transition, ce vendredi.

À noter que lors de son premier passage à la tête de la PNH, Normil Rameau avait été critiqué raison de son iincapacité à rétablir un climat sécuritaire dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. D’autres sources avançaient qu’il était mis de côté à cause qu’il revendiquait des changements dans les conditions dans lesquelles fonctionnent et vivent les policiers.

Quant à son prédécesseur, Frantz Elbé, sous son commandant allant d’octobre 2021 à juin 2024, 120 agents de l’ordre ont été assassinés et au moins 55 attaques armées ont été enregistrées contre des commissariats, sous-commissariats, antennes de police, prisons, bases d’unités spécialisées, ainsi que des patrouilles fixes et mobiles. C’est ce qu’a indiqué le RNDDH dans un rapport qu’il avait publié.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay