Société: à la rencontre de la romancière Fédia Stanislas, Prix Deschamps 2019

0 16
Subscribe to our newsletter

Née à Jérémie, le 26 août 1991, Fédia Stanislas fait partie de la nouvelle génération montante de la littérature haïtienne. Elle a déjà publié un recueil de nouvelles intitulé  » Un été à Jérémie » et un roman ayant pour titre « Konfidans’. Ce roman écrit en créole lui a valu le prix Deschamps en 2019. Toujours présente dans les activités littéraires et la vente signature de son roman, la jeune romancière travaille sur d’autres projets. Elle s’est confiée à Presslakay ce lundi 20 septembre 2021.

 » C’est tout le monde qui me demande un nouveau projet. Je suis consciente que deux ans après la sortie de « Konfidans » je dois apporter quelque chose de nouveau. Pour le moment je travaille sur un nouveau roman qui est quasiment prêt. Le texte est en cours de correction », annonce la native de Jérémie qui souligne qu’après avoir remporté le Prix Deschamps ne peut soumettre n’importe quoi à l’appréciation des lecteurs.

 » Le Prix Deschamps est le plus grand prix littéraire ici en Haïti. Si vous le remportez, vous devez continuer à produire pour montrer que  vous avez mérité ce prix. Cependant, à ce niveau on doit faire aussi un effort pour que le niveau ne soit pas baissé et pour ce faire, il faut prendre le temps nécessaire pour que la production puisse répondre aux attentes »,  reconnaît la romancière

Le nouveau roman sera écrit en français et non en créole

« Konfidans », le premier roman de Fédia Stanislas qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui a été écrit en créole et pour le nouveau, elle choisit de passer du créole au français. Un choix qu’elle explique.

« Je n’ai pas de problème avec le créole mais avec le français on peut atteindre un plus grand nombre de personnes possibles. Car il y a plus de pays où l’on parle français. Quand le texte est en français, il est plus facile de trouver une maison d’édition intéressée à traduire le texte que s’il est en créole. Et même ici en Haïti, on a un préjugé envers le créole »,  a fait comprendre l’auteure qui précise n’avoir pas abandonné le créole.

Fédia Stanislas ou défenseure des droits des femmes et des filles

Si elle n’est pas en mesure de dévoiler le titre et le contenu de son prochain texte, on sait bien que Fédia Stanislas accorde une place de choix dans son travail à la cause des femmes et des filles en général. Dans « Konfidans », à la Page 11, la romancière, elle se fait passer comme l’avocate des droits des femmes.

« Kisa pou m konprann nan bagay yo pa fin konprann? Menm jan ou ka konn ap mande pou ki gen moun anwo ak moun anba, pitit Desalin ak pitit Petyon. Pou ki? Pou ki gen loryan ak loksidan ? Peyi sid ak peyi nò, moun lavil moun andeyò? Pou ki gen teworis? Sa sa vle di teworis? Si w ta konprann tout bagay sa yo, wa wè pouki se tifi ki dwe chita kay manman l . Se verite a. Pou konbyen tan? » , se demande t-elle.

figurant dans la liste des jeunes qui font usage de leurs plumes pour dénoncer un ensemble de chose qui se passe au niveau de la société haïtienne, elle promet de garder le flambeau en vue d’une societe plus égalitaire.

Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More