Technologie:Les PDG de Facebook, Twitter et Google ont grillé par le Congrès sur la désinformation.

0 22

Les législateurs voulaient des réponses sur le rôle joué par Google, Facebook et Twitter dans les attaques contre le Capitole et la désinformation virale sur le covid-19.

Les législateurs de la Chambre des deux côtés de l’allée ont interrogé jeudi les directeurs généraux de Google, Facebook et Twitter, intensifiant leurs appels à une réglementation rapide de l’industrie de la technologie.

Les membres du comité de l’énergie et du commerce de la Chambre ont pressé le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, le PDG de Google Sundar Pichai et le PDG de Twitter Jack Dorsey des efforts de leurs plateformes pour endiguer les allégations de fraude électorale sans fondement et le scepticisme vis-à-vis des vaccins. Les algorithmes opaques qui donnent la priorité à l’engagement des utilisateurs et favorisent la désinformation ont également fait l’objet d’un examen minutieux.

Le représentant Mike Doyle, président du sous-comité de la Chambre sur les communications et la technologie, a déclaré que son personnel trouvait facilement du contenu anti-vaccin sur Facebook, la filiale Instagram de Facebook, Twitter et YouTube.

Au cours de l’audience de plus de cinq heures, les législateurs ont appelé à intervalles de cinq minutes les dirigeants sur un large éventail de questions, notamment l’extrémisme, la désinformation, la cyberintimidation, le changement climatique et le coronavirus. De nombreux politiciens ont tenté de forcer les dirigeants à répondre «oui» ou «non», les coupant s’ils essayaient d’expliquer à quel point ces questions sont «nuancées».

Les deux autres PDG ne se lancent pas dans le débat sur l’article 230 ou ne discutent pas du rôle du gouvernement avec autant de granularité. Mais ils offrent leurs visions générales de la modération de contenu. Le témoignage de Pichai appelle à des politiques de contenu plus claires et à donner aux utilisateurs un moyen de faire appel des décisions relatives au contenu. Le témoignage de Dorsey réitère ses appels à une plus grande modération du contenu dirigée par les utilisateurs et à la création de meilleurs paramètres et outils permettant aux utilisateurs de personnaliser leur expérience en ligne.

À l’heure actuelle, les PDG ont une grande expérience de témoignages devant le Congrès. Zuckerberg et Dorsey ont récemment comparu devant le Sénat en novembre sur la modération du contenu. Et avant cela, Zuckerberg et Pichai ont témoigné à la Chambre l’été dernier sur des questions antitrust.

Dans les jours qui ont précédé l’audience de jeudi, les entreprises ont fait valoir qu’elles avaient agi de manière agressive pour contrer la désinformation. Facebook a annoncé lundi avoir supprimé 1,3 milliard de faux comptes l’automne dernier et compter désormais plus de 35 000 personnes travaillant sur la modération de contenu.

Twitter a déclaré ce mois-ci qu’il commencerait à appliquer des étiquettes d’avertissement à la désinformation sur le vaccin contre le coronavirus, et il a déclaré que des violations répétées de ses politiques Covid-19 pourraient entraîner des interdictions permanentes.

YouTube a annoncé de son côté  avoir supprimé des dizaines de milliers de vidéos contenant des informations erronées sur le vaccin Covid et, en janvier, à la suite des émeutes du Capitole, il a annoncé qu’il restreindrait les chaînes partageant de fausses déclarations doutant du résultat des élections de 2020.

Mais ces affirmations de progrès ne sont pas de nature à apaiser les membres du comité, dont la note citait plusieurs documents de recherche indiquant que la désinformation et l’extrémisme sont toujours endémiques sur les plates-formes.

Robinson JEROME

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More