Tension à la frontière Anse-à-Pître, le Maire Harry Bruno blessé

Tension à la frontière Anse-à-Pître, le Maire Harry Bruno blessé

Une vive tension a régné, ce vendredi 24 novembre 2023, à la frontière Haïtiano-Dominicaine au niveau des villes frontalières Anse-à-Pître-Pedernales. D’après les informations disponibles, le maire de la commune frontalière haïtienne, Harry Bruno a été attaqué par la population civile étant soupçonné d’être de connivence avec les commerçants dominicains pour une réouverture de la porte frontière.

Un sujet dont les Haïtiens n’entendent pas aborder en ce moment, c’est bien la réouverture de la frontière Haïtiano-Dominicaine, surtout pas selon le bon vouloir des autorités dominicaines en fonction des mesures qu’elles ont prises. D’après plusieurs commerçants haïtiens interrogés de même que d’autres personnalités, les conditions établies [par les Haïtiens] doivent être respectées pour que les points frontaliers soient rouverts au commerce entre les deux pays qui partagent l’île d’Haïti.

Ce vendredi, alors qu’il est déjà soupçonné d’être de connivence avec des commerçants de l’autre côté de la frontière pour anticiper une réouverture des portes frontalières haïtiennes afin de favoriser le couloir commercial mis en place par les dirigeants dominicains, l’agent exécutif intérimaire d’Anse-à-Pître, Harry Bruno a été frappé par des membres de la population civile, très remontés contre la prétendue décision du maire de rouvrir la frontière à Anse-à-Pître-Pedernales. Une information confirmée par plusieurs médias locaux.

D’après les informations fournies, le maire par intérim aurait reçu des jets de pierre et autres objets. La situation aurait pu dégénérer sans l’intervention des forces de l’ordre affectées dans la zone. Blessé, l’agent exécutif a été emmené dans un centre hospitalier de l’autre côté de la frontière pour recevoir les soins que son cas nécessite.

Depuis les dernières mesures prises par les autorités dominicaines pour contrecarrer la construction du canal sur la rivière Massacre à Ouanaminthe, qui devient un symbole de souveraineté et de fierté nationale, la population haïtienne, en général, n’est plus en faveur d’une reprise des activités commerciales entre le pays et la République voisine, surtout suivant les conditions établies par les Dominicains.

LIRE AUSSI

PressLakay