Tension à l’aéroport international Toussaint Louverture suite à la suspension des vols à destination du Nicaragua

Tension à l’aéroport international Toussaint Louverture suite à la suspension des vols à destination du Nicaragua

Quelques heures après la décision prise par le gouvernement haïtien de suspendre tous les vols commerciaux à destination du Nicaragua et ce, jusqu’à nouvel ordre, la tension est à son comble à l’aéroport international de Toussaint Louverture. Plusieurs passagers dont leurs vols sont annulés entament une mouvement de protestation.

Alors que plusieurs centaines de personnes attendaient tranquillement leurs vols à destination du pays d’amérique centrale, ce lundi, à l’aéroport international de Toussaint Louverture, le gouvernement haïtien a décidé de les suspendre. Une décision surprenante prise deux semaines après que le Premier Ministre Ariel Henry avait participé à un sommet sur la question migratoire au Mexique et surtout, après les dénonciations faites par des autorités américaines de ce qu’elles appellent “l’exploitation des migrants”. En réaction, plusieurs passagers qui s’apprêtaient à se rendre en terre nicaraguayenne proteste vivement cette dernière mesure. Ce qui provoque une situation de tension au terminal de départ de l’aéroport.

“Nous avons dépensé plus de 4000 dollars pour entamer les démarches afin de prendre ce vol. Comment le gouvernement haïtien peut-il prendre une décision pareille ? a lâché un passager qui était déjà à bord de l’appareil qui devait l’emmener au Nicaragua jusqu’à ce que les responsables ont demandé à tout le monde de quitter l’engin suite à la suspension de tous les vols.
Ce lundi, d’après les informations disponibles, cinq vols en provenance d’Haïti étaient destinées à atterrir à l’aéroport international Augusto Cesar Sandino, dans la capitale nicaraguayenne. Cependant, hormis les deux premiers qui avaient décollé dans les premières heures et qui sont sans doute arrivés à destination, les trois autres sont donc suspendus.

Une décision adoptée sur le champ par les autorités haïtiennes alors qu’elles ne l’avaient même pas annoncée. Ce qui aurait évité à certaines personnes de payer une somme considérable pour un projet de vol qu’elles n’effectueront certainement pas. Est-ce que le gouvernement haïtien prendra aussi d’autres dispositions pour réparer ceux qui en sont gravement touchés ? Une question qui reste jusque là sans réponse.

LIRE AUSSI

PressLakay